DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La déroute de Merkel en Bavière

Vous lisez :

La déroute de Merkel en Bavière

La déroute de Merkel en Bavière
@ Copyright :
REUTERS/Fabrizio Bensch
Taille du texte Aa Aa

En Allemagne, le chef de la CSU est tenu pour principal responsable de la déroute électorale des conservateurs en Bavière.

"Je ne vais pas aborder la question de mes fonctions", c'est en ces termes que le ministre allemand de l'Intérieur Horst Seehofer a refusé de démissionner, alors que son parti, allié indispensable de la CDU de Merkela perdu sa majorité au Parlement régional.

La chancelière allemande Angela Merkel a appelé ce lundi les membres de son gouvernement à mettre fin à leurs querelles internes sur l'immigration et promis de regagner la confiance des citoyens, au lendemain de la claque historique reçue lors des élections régionales de Bavière ce dimanche.

Un vote sanction

Pour la chancelière allemande, le scrutin bavarois, marqué par les mauvais résultats de ses alliés conservateurs locaux du parti CSU, a montré que pour la population allemande, au-delà de l’embellie économique, la confiance dans les acteurs politiques est une donnée très importante à leurs yeux. "Ces résultats montrent que le problème est au delà des données économiques car malgré un plein emploi dans presque toute la Bavière, nous avons perdu le plus important: la confiance des électeurs" a expliqué Angela Merkel.

Des électeurs qui ont sanctionné le virage très à droite du chef de la CSU qui tentait de récupérer les votes de l'AFD, le parti d’extrême droite.

l’alliance CSU-CDU menacée

Pour Angela Merkel le jeu de Horst Seehofer a fait chancelé l’alliance des partis chrétiens conservateurs. "La chancelière va continuer à subir des pressions. " explique le politologue allemand Wolfgang Merkel, "en décembre, pour le congrès du parti, elle devra décider si oui ou non elle reste à la tête de la CDU. Si elle ne conserve que son rôle de chancelière... alors c'est le début de la fin."