DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Un projet européen donne des ailes à l'avion de demain

Vous lisez :

Un projet européen donne des ailes à l'avion de demain

Un projet européen donne des ailes à l'avion de demain
Taille du texte Aa Aa

L'aviation doit relever de nombreux défis économiques et environnementaux. Peut-on les relever en modifiant les ailes des appareils ? Des chercheurs européens en sont convaincus. Notre reporter Denis Loctier les a rencontrés en Italie et aux Pays-Bas.

À Pise en Italie, des chercheurs font voler au-dessus d'un lac, une maquette d'hydravion à la forme étrange. Ses ailes fermées et encadrant l'appareil ont été inventées en 1924, mais elles pourraient bien avoir un intérêt aujourd'hui.

Ces scientifiques participant au projet de recherche européen Parsifal estiment que les technologies sont prêtes pour pouvoir fabriquer des avions de passagers qui ressemblent à cela et qu'il y a de bonnes raisons de le faire.

"Les problèmes de la pollution atmosphérique et de la hausse du trafic passagers nécessitent d'avoir de nouvelles idées pour l'avenir de l'aviation," affirme Aldo Frediani, coordinateur du projet et professeur d'aéroélasticité à l'Université de Pise. "Des idées," poursuit-il, "qui pourraient faire évoluer la conception des appareils pour qu'ils consomment moins et transportent plus de passagers."

Ailes en anneau

Cet hydravion est une maquette d'un nouvel appareil imaginé dans le cadre du projet : les ailes en anneau permettent de réduire sa traînée et d'augmenter sa portance. Ce qui permettrait de voler en consommant moins de carburant.

"La maquette a été fabriquée en respectant l'échelle géométrique du modèle d'avion sur lequel nous travaillons," explique Aldo Frediani avant de préciser : "Ce qui va nous permettre de vérifier que sa qualité de vol est suffisamment élevée."

Les scientifiques italiens testent sur place, les commandes de vol. Ils partageront leurs résultats avec les avionneurs. Mais les industriels seront-ils ouverts à cette innovation spectaculaire ? Les chercheurs ont des arguments pour les convaincre.

"La catégorie de cet appareil est la même que pour le Boeing 737 ou l'Airbus A320 qui est utilisé par de nombreuses compagnies notamment à bas coût," fait remarquer Vittorio Cipolla, ingénieur aérospatial à l'Université de Pise. "En termes de taille, l'envergure reste exactement la même, le fuselage est légèrement plus long et plus large, mais le nombre de sièges qui peut être installé dans l'avion a augmenté d'environ 50%," indique-t-il.

Économiser sur le carburant et absorber la hausse du trafic passagers

Nous prenons la direction de l'Université de technologie de Delft, l'un des partenaires du projet. Pour étudier des profils d'avion non conventionnels, des chercheurs utilisent sur place, le logiciel de modélisation basée sur la physique qu'ils ont développé plutôt que les données statistiques qui servent habituellement pour concevoir des appareils conventionnels.

"Les avions peuvent être très différents, mais les lois de la physique restent toujours les mêmes, donc nos outils de modélisation nous permettent d'étudier tout type d'appareils y compris extrêmement non-conventionnels et de les comparer avec des modèles classiques," déclare Gianfranco La Rocca, chercheur en techniques de design avancées.

Grâce à ce type d'avion, les compagnies pourraient faire des économies sur le carburant et les gestionnaires d'aéroport pourraient absorber la hausse du trafic passagers sans avoir besoin d'adapter les infrastructures ou de programmer plus de vols.

"Nous développons cet avion avec l'idée de le mettre en service d'ici 2035," fait savoir Gianfranco La Rocca. "Notre design s'appuie sur des technologies qui soit existent déjà, soit sont en train d'être finalisées, donc c'est certainement un avion futuriste, mais pas au point de ne rester qu'une jolie image dans un livre," assure-t-il.

Plus de futuris