DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Merkel menacée par l'émergence d'un ancien ennemi dans son parti

Vous lisez :

Merkel menacée par l'émergence d'un ancien ennemi dans son parti

Merkel menacée par l'émergence d'un ancien ennemi dans son parti
Taille du texte Aa Aa

Friedrich Merz, vieil adversaire d’Angela Merkel, paraît bien placé pour lui succéder à la tête des conservateurs allemands, ce qui pourrait la contraindre à quitter le pouvoir plus tôt que prévu même s'il s'est montré conciliant mercredi.

Inconnu en dehors de l'Allemagne, ce tenant d'un retour à une ligne conservatrice traditionnelle, après les années de centrisme d'Angela Merkel, a effectué cette semaine un retour tonitruant sur le devant de la scène politique qu'il avait abandonnée il y a près de dix ans.

gi

A 62 ans, l'ancien patron du groupe parlementaire conservateur au début des années 2000 a officialisé sa candidature surprise à la tête de l'Union chrétienne-démocrate (CDU).

- 'Mûre réflexion' -

Reconverti dans la finance depuis près de dix ans, il a affirmé avoir pris cette décision après "mûre réflexion". Elle est intervenue en fait à peine 24 heures après l'annonce du prochain retrait de la dirigeante conservatrice.

"Un acte de vengeance", analyse Der Spiegel. Angela Merkel, qui n'était alors pas encore chancelière, l'avait poussé vers la sortie en 2002 en l'évinçant du très influent poste de chef du groupe parlementaire.

L'ambitieux cadre conservateur ne lui a jamais pardonné, et en 2009, face à une Angela Merkel fermement installée au pouvoir, il s'était complètement retiré de la vie politique.

Friedrich Merz n'a exprimé aucune critique directe à l'endroit de la chancelière, qui mérite "respect et reconnaissance" pour tout le travail accompli, a-t-il dit lors d'une conférence de presse mercredi.

Mais il a justifié sa candidature par la nécessité d"un nouveau départ et d'un renouveau" dans son parti.

Le successeur d'Angela Merkel sera désigné les 7 et 8 décembre en congrès. Deux autres candidats sont en lice : l'actuelle secrétaire générale du parti et "protégée" de la chancelière, Annegret Kramp-Karrenbauer, et le ministre de la Santé et adversaire de Mme Merkel, Jens Spahn.

Ce "come-back" n'est pas pour déplaire aux Allemands : selon plusieurs sondages, il a actuellement les faveurs du public face à ses rivaux.

Réserve de taille: le nouveau président de la CDU ne sera pas désigné par les électeurs mais par un millier de délégués de la formation.

- Cap à droite -

S'il accède au poste suprême, marche-pied vers la chancellerie, Friedrich Merz mettra sans nul doute le cap à droite, au risque de rendre la cohabitation avec Mme Merkel difficilement gérable. Pourrait-elle dans ses conditions tenir comme elle l'entend jusqu'à la fin de son mandat dans trois ans?

"Je suis fermement convaincu" de pouvoir "m'entendre avec Angela Merkel sous ces nouvelles conditions", a-t-il affirmé mercredi.

Mais beaucoup sont sceptiques. "Avec ses positions libérales en matière économique et conservatrices en matière sociétale, Merz serait le contre-modèle clair de Merkel", prédit le politologue berlinois Oskar Niedermayer dans le Rhein-Neckar Zeitung.

Retiré de la vie politique, Friedrich Merz a refusé depuis de s'exprimer sur les questions politiques brûlantes, notamment sur la décision contestée de sa rivale d'ouvrir les portes de son pays à plus d'un million de réfugiés en 2015 et 2016. Un geste à l'origine de la baisse de popularité d'Angela Merkel.

Sur le plan économique, ses positions sont jugées très libérales, même s'il a rejeté mercredi l'étiquette de néolibéralisme qu'on lui attribue. Au début des années 2000, il affirmait vouloir une déclaration d'impôt qui "tienne sur un sous-bock".

"Européen convaincu", il s'est également déclaré inquiet du "peu de réponse" apportée par l'Allemagne au projet de réformes européennes de la France. Le président Emmanuel Macron "a mérité plus", a-t-il dit.

Après son retrait de la politique, Friedrich Merz s'est lancé dans une carrière d'avocat d'affaires. Depuis 2016, il dirige aussi l'organe de contrôle de la filiale allemande de BlackRock, le plus grand gestionnaire d'actifs au monde.

Cette entreprise américaine détient notamment des parts dans plusieurs des mastodontes économiques allemands, comme Allianz ou Bayer. La presse le présente du coup comme millionnaire.

Il n'y a pas que sur le plan politique qu'il est l'antithèse d'Angela Merkel. M. Merz est originaire de l'ouest du pays, marié, père de trois enfants et catholique, là où la chancelière vient de l'ex-RDA, est divorcée et remariée, sans enfant et protestante.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.