DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Tijuana: des centaines de migrants manifestent près de la frontière avec les Etats-Unis

Vous lisez :

Tijuana: des centaines de migrants manifestent près de la frontière avec les Etats-Unis

Tijuana: des centaines de migrants manifestent près de la frontière avec les Etats-Unis
Taille du texte Aa Aa

La tension s'est accentuée jeudi à Tijuana, au nord-ouest du Mexique, où plusieurs centaines de migrants de la caravane ont manifesté près du poste-frontière avec les Etats-Unis, alors que les forces armées américaines s'entraînaient pour repousser une éventuelle entrée en force.

Les migrants, en majorité des hommes, mais aussi des femmes accompagnées d'enfants en bas âge, ont quitté à la mi-journée le refuge mis à leur disposition par les autorités locales pour se diriger vers le pont El Chaparral, situé à proximité du point d'entrée vers la Californie.

gi

Le passage entre les deux pays a été fermé durant 15 minutes alors que l'armée américaine réalisait un "exercice à grande échelle de rapidité opérationnelle" impliquant des hélicoptères et plusieurs centaines de soldats et policiers, selon l'office américain des douanes et de protection de la frontière.

Le président américain Donald Trump a de nouveau menacé jeudi de fermer "toute la frontière" entre les Etats-Unis et le Mexique, y compris aux échanges commerciaux, si la situation devait dégénérer face à l'arrivée de milliers de migrants d'Amérique centrale.

Un agent du groupe Beta, qui réunit des fonctionnaires et des volontaires du gouvernement mexicain pour porter assistance aux migrants, a tenté de raisonner les manifestants en leur rappelant qu'il était nécessaire de s'inscrire sur une liste d'attente pour déposer une demande d'asile aux Etats-Unis.

"Qu'ils nous laissent passer, nous sommes désespérés, nous avons laissé nos familles au Honduras. Nous devons commencer à travailler", a répondu un migrant identifié comme Wilson. L'attente pour l'étude des dossiers de demande d'asile peut prendre plus d'une année.

L'agent a par ailleurs rappelé quels étaient les bénéfices que les migrants pourraient tirer en demandant l'asile au Mexique. "Il y a un bureau où on vous propose du travail, il y a du travail en ville (...) Nous voulons que vous puissiez gagner (un peu d'argent) avant d'aller aux Etats-Unis. Il faut attendre votre tour", a-t-il exhorté.

Un homme qui s'est présenté comme un défenseur des droits de l'homme a également tenté de dissuader les migrants de poursuivre leur route. "C'est une bonne offre, vous devez la prendre en compte car vous pourrez ainsi obtenir la régularisation" au Mexique, a-t-il expliqué.

"Non, nous ne voulons pas !", ont crié les migrants avant de reprendre leur marche.

Environ 9.000 militaires américains ont été déployés à la frontière avec le Mexique.

Quelque 4.500 migrants de la caravane, pour la plupart des Honduriens, sont actuellement hébergés à Tijuana, où les refuges sont arrivés à saturation et certains campements improvisés ont commencé à apparaître aux alentours. Dans tout l'Etat de Basse-Californie, où se situe Tijuana, on dénombre actuellement 6.000 migrants, selon les autorités locales.

Les migrants de ce vaste cortège ont quitté le Honduras le 13 octobre, fuyant la violence et la pauvreté, et parcouru plus de 4.000 kilomètres en un peu plus d'un mois.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.