DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

350 ans de l'Opéra de Paris : rencontre avec ses petites mains

Vous lisez :

350 ans de l'Opéra de Paris : rencontre avec ses petites mains

350 ans de l'Opéra de Paris : rencontre avec ses petites mains
Taille du texte Aa Aa

Pour les 350 ans du plus grand opéra d'Europe, l'Opéra de Paris a ouvert les coulisses de son académie. Chaque année, depuis création en 2015, une quarantaine d'apprentis sont formés aux arts de l'Opéra menacés de disparition.

L'école du Tutu

Confectionner la célèbre jupe en tulle emblématique du ballet née à ici, au 19e siècle, c'est ce qu'enseigne Anne Marie, costumière à son jeune disciple venu tout exprès du Brésil. "C'est vrai qu'il n'y a pas d'école qui apprennent le tutu. D'abord quand moi je suis rentrée ici c'était un savoir faire qui était jalousement gardé, on se le trans mettait donc de couturière en couturière. Il n'y avait pas d'école pour ça. Aujourd'hui c'est un petit peu toujours la même chose puisque vous n'avez aucune école qui va apprendre le tutu, donc les personnes qui veulent savoir faire le tutu il faut qu'ils viennent ici."

Dans cet autre atelier, on transmet un art très technique, la perruque. Camille apprend à le coiffage d'une "perruque à marteaux" ou encore des "salsifis" qui datent de Louis 14 XIV. La confection d'une telle coiffe peut prendre 10 jours. "C'est faire revivre des personnages d'époque, apprendre des techniques que des gens ont appris il y a des milliers d'années presque parfois, enfin, travailler un peu à l'ancienne aussi et puis faire rêver les gens quand ils viennent voir nos spectacles."

Costumes, tapisserie, mais aussi chant et musique, à l'Opéra de Paris on dit qu'il faut plus de cent métiers pour que, chaque soir, depuis 350 ans, le rideau se lève