Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Strasbourg : Trump au secours des élections européennes

Strasbourg : Trump au secours des élections européennes
Tous droits réservés
Marie de Strasbourg
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Comment inciter les électeurs à se déplacer pour les élections européennes prévues en mai prochain ? A cette question, la mairie de Strasbourg a trouvé la solution : utiliser Donald Trump en guise d'épouvantail !

Une centaine d'affiches représentant le président américain, partiellement masqué par les symboles européens, sont ainsi apparues depuis ce mercredi dans les rues de la métropole alsacienne, siège du Parlement européen.

"Cette fois je m'inscris, je vote", le slogan de la campagne, va dans le même sens en rappelant implicitement l'importance de l'Union européenne face à l'Amérique de Trump, hostile au projet européen.

Mairie de Strasbourg

Un parti-pris totalement assumé par la mairie de Strasbourg, comme l'explique Jean-François Lanneluc, directeur de la communication de l'équipe municipale.

"Il est normal que Strasbourg, capitale européenne, joue un rôle pour que les citoyens s'inscrivent sur les listes électorales" fait ainsi valoir le dir'com de la ville dirigée par le socialiste Roland Ries.

"L'Europe reste une sorte de modèle à soutenir contre les tentations isolationnistes, que Trump incarne. Quand on voit comment il traite l'Europe... Le message est assumé, on a mesuré les risques, on savait que ça créerait du débat" poursuit Jean-François Lanneluc

Et "Quand on lance une campagne de communication on cherche à ce que ce soit vu: il faut une aspérité. Là il y en a une, elle ne passe pas inaperçue, elle provoque un débat et c'est tant mieux", ajoute-t-il.

Enfin, face aux éventuelles accusations de parti pris, la mairie de Strasbourg assume également : "Je ne crois pas qu'une campagne comme ça fera bouger une voix", estime Jean-François Lanneluc. "On savait que ça pourrait être instrumentalisé mais il n'y a pas de communication réussie sans risques".

Les Strasbourgeois, comme tous les Français, seront appelés aux urnes le 26 mai 2019 pour élire leurs députés européens. En 2014, les électeurs avaient boudé ce scrutin, l'abstention avait atteint 57,39% dans l'ensemble des 28 pays membres de l'UE et 57,57% pour le seul Hexagone/ER2014/FE.html). Donald Trump suscitera-t-il un élan citoyen ? La réponse dans quelques mois.