DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Un an dans la vie de Bergman

Vous lisez :

Un an dans la vie de Bergman

Extrait du film "Bergman : un an dans sa vie", de Jane Magnusson
Taille du texte Aa Aa

Il y a 100 ans naissait l'un des réalisateurs les plus marquants de sa génération.

Le Suédois Ingmar Bergman était à l'honneur à Budapest, pour la Nuit du Cinéma européen.

Les organisateurs ont choisi de présenter le documentaire "Bergman : une année dans sa vie", réalisé par la journaliste suédoise Jane Magnusson.

Une manière de faire découvrir le réalisateur et metteur en scène aux plus jeunes, comme l'explique Péter Donath, du distributeur Elfpictures : "Bergman a aidé de nombreuses générations à voir les sentiments et les émotions humaines sous un autre angle. La jeune génération ne connaît pas très bien la carrière et la filmographie de Bergman, donc ce documentaire est parfait pour que les plus jeunes entrent dans son univers."

Avec ce film, Jane Magnusson entend montrer, sans complaisance, la vraie personnalité du réalisateur suédois. Son génie, mais aussi ses parts d'ombre.

"Dans les années 30, Bergman était un adolescent en échange scolaire en Allemagne, et il a été très impressionné par Hitler, explique Gabor Gelenscér, professeur à l'Université d'Elte. Il a écrit à propos de cela plus tard. Ce documentaire mentionne cette période, et ajoute ce commentaire: Bergman a trop longtemps soutenu Hitler, même après 1945. Ça lui a pris du temps pour réaliser ce qui s'était vraiment passé à cette époque."

1957, une année prolifique

Le film se focalise sur l'année 1957, une période de créativité sans précédent pour Bergman. Cette année-là, il réalise trois films et met en scène quatre pièces de théâtre, le tout, en s'occupant de ses six enfants, nés de trois mères différentes.

"_Bergman parle de lui dans tous ses films. Les acteurs étaient des outils, pour lui permettre d'évoquer ses problèmes, ses doutes et ses peurs. Il arrive à nous parler du chaos de sa vie privée, et qu'en même temps, on se reconnaisse dans ses problèmes _", raconte Andras Murai, doctorant à la Budapest Metropolitan University.

Le film a été nominé au Prix du Cinéma européen, dans la catégorie meilleur documentaire. La cérémonie aura lieu le 15 décembre à Séville.