Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Brexit : Corbyn pour un nouvel accord sans filet de sécurité

Manifestation contre la réforme de la Cour suprême en Pologne (27/7)
Manifestation contre la réforme de la Cour suprême en Pologne (27/7) -
Tous droits réservés
REUTERS/Kacper Pempel/File Photo
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

A quelques jours du vote décisif sur le Brexit, notre correspondant en Angleterre a rencontré Jeremy Corbyn, le chef du Parti travailliste à Lisbonne en marge du Congrès du parti socialiste européen.

Jeremy Corbyn : "Et bien nous arrivons au terme du processus, nous avons le vote mardi. J'espère que les propositions du gouvernement seront rejetées. Ce qui se passe c'est que nous avons un problème, nous avons un gouvernement en place mais pas au pouvoir parce qu'il n'a pas de majorité à la Chambre des communes. Soit quelque chose d'autre est négocié très rapidement avec l'Union Européenne en quelques jours et revient au Parlement, soit le gouvernement dit que nous ne pouvons pas gouverner et qu'il faut un gouvernement différent ou des élections générales".

Reste à savoir ce qu'il en serait du filet de sécurité ? Et quel serait le plan de Jeremy Corbyn en cas d'échec de Theresa May mardi. Le leader travailliste s'explique.

Faire vaciller le gouvernement

Darren Mac Caffrey : "Pouvez vous asussi garantir qu'il n'y aura pas de filet de sécurité dans votre accord ?

Jeremy Corbyn : "Il n'y aura certainement pas de filet de sécurité d'où vous ne pourrez pas vous échapper".

Darren Mac Caffrey :"Mais si l'on s'en tient à sa définition stricte ce n'est plus un filet de sécurité.

Jeremy Corbyn : "Nous devrons trouver un accord sur une union douanière, une union douanière spécifique avec l'Union européenne qui nous donne la possibilité d'avoir notre mot à dire dans tout cela, mais qui garantisse aussi ce niveau de commerce".

L'accord de retrait conclu en novembre entre Londres et Bruxelles après 17 mois de négociations est actuellement débattu au Parlement. Le vote de mardi pourrait faire vaciller le gouvernement et dérailler le processus de divorce en cas de rejet. Cet accord provoque un large mécontentement et de nombreux députés, jusqu'au sein de la majorité, ont annoncé leur intention de voter contre.