Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Etats-Unis : un ministre de la Défense par intérim

Etats-Unis : un ministre de la Défense par intérim
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Manifestement agacé par le départ de son ministre de la Défense, Donald Tump accélère le mouvement. Alors que Jim Mattis aurait dû quitter ses fonctions en février, c'est Patrick Shanahan, son adjoint, qui le remplacera dès le 1er janvier, a annoncé le président américain.

Patrick Shanahan, assumera le titre de ministre de la Défense par intérim.

Shanahan occupait le poste d'adjoint au Pentagone depuis juillet 2017. Auparavant, il a été vice-président du constructeur aéronautique américain Boeing, chargé de la logistique et des opérations, mais aussi vice-président et directeur général de Boeing Missile Defense Systems. Il avait intégré ce groupe en 1986.

La démission de Jim Mattis a été commentée dimanche par le président français dont les relations se sont passablement envenimées ces dernières semaines avec Donald Trump.

Emmanuel Macron : "Je regrette profondément la décision prise en Syrie et je veux ici rendre hommage au général Mattis et aux propos qui ont accompagnés sa décision. J'ai pu constater depuis un an et demi combien le général Mattis a été un interlocuteur fiable et a constamment rappelé l'importance de ce qu'est être alliés."

Or un allié "doit d'être fiable" a souligné le président français, sous-entendant que la décision de Donald Trump remettait en cause cette fiabilité.

Jim Mattis a présenté jeudi sa démission au lendemain de l'annonce par de Donald Trump du retrait des soldats américains stationnés en Syrie.

A plusieurs reprises, cet ex-général des Marines âgé de 68 ans avait mis en garde contre un départ précipité de Syrie, au risque de "laisser un vide qui puisse être exploité par le régime Assad ou ses soutiens".

Avec Agences