Malgré le combat des femmes, l'excision persiste au Kurdistan irakien

Malgré le combat des femmes, l'excision persiste au Kurdistan irakien
Taille du texte Aa Aa

En frappant à la porte, Kurdistan Rassoul s'époumone: "Je sais que vous êtes là, je veux seulement vous parler!". A l'intérieur, deux fillettes pourraient bientôt subir une excision, une mutilation que cette Kurde d'Irak a elle-même subie et combat désormais au quotidien.

Si moins d'1% des Irakiennes ont été excisées, ce chiffre atteignait 58,5% en 2014 au Kurdistan, région autonome du nord du pays qui passe pourtant généralement pour plus protectrice des droits des femmes.

Selon l'Unicef, le nombre de victimes de mutilation génitale féminine (MGF) --ablation partielle ou totale des organes génitaux externes d'une femme-- y est toutefois en baisse: l'excision concerne aujourd'hui 37,5% des Kurdes entre 15 et 49 ans.

Mais pour Kurdistan Rassoul, 35 ans et foulard rose sur la tête, ce chiffre est encore trop important. Elle visite donc sans relâche les villages de sa région, répétant inlassablement que l'excision peut provoquer infections et traumatismes.

Face à elle, hommes de religion et exciseuses à l'ancienne assurent que la branche dominante du sunnisme au Kurdistan --inexistante ou presque dans le reste de l'Irak-- prône cette pratique.

Faux, réplique Mme Rassoul, qui contredit régulièrement les imams en expliquant que l'excision n'est pas une prescription religieuse mais plutôt une tradition passée de génération en génération sans fondement sanitaire ou moral.

Cette militante de l'ONG Wadi revient pour la 25ème fois dans le village de Charboty Saghira, à l'est d'Erbil, la capitale du Kurdistan. Dans la mosquée, elle répète ses mises en garde devant une dizaine de femmes.

Et quand l'une d'elles lui dit que sa voisine veut faire exciser ses deux fillettes, Mme Rassoul court aussitôt chez elle. Mais ce jour-là, malgré son insistance, la porte reste close.

"Nous faisons changer les mentalités, donc c'est difficile", dans une société conservatrice, lâche-t-elle en s'éloignant à regret.

Après des années de mobilisation, les autorités kurdes irakiennes ont voté en 2011 une loi interdisant l'excision et prévoyant jusqu'à trois ans de prison et 80.000 dollars d'amende. Et pourtant, le Kurdistan reste en retard par rapport au reste de l'Irak, où aucune loi n'existe.

- Pression sociale -

Les victimes d'excision, généralement pratiquée à quatre ou cinq ans en Irak, souffrent pendant de longues années: saignements, sensibilité sexuelle quasi-nulle, souffrance lors de l'accouchement et dépression sont leur quotidien.

Certaines filles meurent même d'infection ou d'hémorragie après leur mutilation.

"J'ai eu mal et j'ai beaucoup pleuré", raconte Choukrieh, 61 ans, à propos de l'opération qu'elle a subie il y a plus de 50 ans. "Je n'étais qu'une enfant, je ne pouvais pas en vouloir à ma mère".

Si elle a fait exciser ses six filles, dont la plus jeune a 26 ans, celles-ci ont pour leur part refusé de mutiler leurs filles.

Zeinab, 38 ans, n'a elle pas pu résister à la pression sociale. Il y a quelques années, elle a accepté qu'une exciseuse opère sa fille de trois ans.

"J'avais tellement peur que je suis restée à l'écart", raconte-t-elle, le visage crispé.

Ses deux cadettes y ont échappé, grâce, notamment, à des rencontres avec des militants de l'ONG Wadi.

"A l'époque j'avais accepté, mais je ne le ferais plus. Je regrette mais qu'est-ce que je peux faire maintenant?", se lamente-t-elle.

Ses paroles vont droit au coeur de Mme Rassoul, qui garde néanmoins la tête froide.

"Les jeunes, femmes et hommes, sont tous d'accord pour mettre fin à la MGF, mais dès que nous partons, des femmes plus âgées viennent leur dire de +faire attention à cette ONG qui veut créer des problèmes+", assure-t-elle à l'AFP.

- "Femmes contre femmes" -

Car l'excision est surtout une histoire "de femmes contre des femmes", martèle Mme Rassoul qui dit leur répéter que "c'est une violence qu'elles commettent de leurs propres mains". Selon un sondage mené par l'Unicef en 2014, 75% des femmes assurent que c'est leur mère qui a insisté pour qu'elles soient excisées.

Ainsi, "la loi de 2011 n'est pas appliquée car les filles ne portent pas plainte contre leur mère ou leur père", déplore Parwin Hassan, à la tête de l'unité anti-MGF des autorités kurdes.

Elle-même a échappé de peu à la mutilation: prise de remords, sa mère l'a retirée in extremis des mains de l'exciseuse.

Elle assure qu'en 2019, le Kurdistan va renforcer la loi et les campagnes d'information.

Le groupe Etat islamique (EI) désormais défait en Irak, les conditions sont plus propices pour porter le coup de grâce à l'excision, assure Ivana Chapcakova, spécialiste des violences sexuelles à l'Unicef.

Mobilisées à partir de 2014 pour protéger les Irakiens de la menace jihadiste, les agences de l'ONU peuvent dorénavant, selon elle, se "concentrer sur l'excision pour en faire un vieux souvenir du passé partout en Irak".

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.