DERNIERE MINUTE

Nairobi : l'enquête progresse

 Nairobi : l'enquête progresse
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Des progrès dans l'enquête sur l'attentat de Nairobi du 15 janvier que le groupe terroriste Shebab avait revendiquée.

Les shebabs sont une organisation terroriste islamiste somalienne, mais les enquêteurs kényans n'excluent pas que certains des assaillants du 15 janvier n'étaient pas somaliens.

Tim Morris, directeur des services de police Interpol et qui travaille avec la police kényane, explique : "Vous pouvez voir les influences de différents événements terroristes. Là c'était différent de l'attaque contre le centre commercial de Westgate ou contre l'université il y a quelques années. On distingue aussi des similitudes avec d'autres attentats terroristes, comme celui qui a eu lieu à Bombay. je pense qu'avec le temps les shebabs essaient d'adapter leurs tactiques."

Quelques jours après l'attentat de Nairobi, plusieurs dizaines de militants de shebabs ont été tués en Somalie dans une frappe aérienne conduite par l'aviation américaine.

Pour Interpol, le renforcement de frontières est le seul moyen de lutter efficacement contre le terrorisme.

Tim Morris explique par ailleurs : "Les terroristes peuvent agir parce qu'ils sont en mesure de franchir les frontières. Et bien sûr nous allons travailler avec nos collègues en Afrique, en Europe et en Amérique du Nord pour renforcer collectivement les frontières : pour connaître l'identité et la raison de ceux qui traversent la frontière. Ces dernières années de plus en plus de pays fournissent à Interpol des informations liées au terrorisme. Nous voulons les mettre à disposition de nos agents aux frontières."

Selon Interpol, l’enquête sur l'attentat pourrait aboutir prochainement.

21 personnes ont été tuées dans l'attaque du 15 janvier conduites par cinq terroristes shebabs contre le complexe hôtelier de Nairobi.

Plus de 700 personnes avaient alors été évacuées.

Le groupe somalien shebab mène régulièrement des attaques au Kenya ces dernières années.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.