DERNIERE MINUTE

Nicolas Maduro tient tête aux Etats-Unis

Nicolas Maduro tient tête aux Etats-Unis
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Nicolas Maduro n'est pas isolé, il n'est pas seul. Pour montrer qu'il est bien au pouvoir au Venezuela, il s'est rendu à la Cour suprême où il a le plein soutien des juges. Il peut aussi compter sur le conseil national électoral qui a déclaré qu'il avait été élu légitimement. Et sur le soutien de l'armée. Son credo lors de son discours devant la Cour suprême, dénoncer l'ingérence américaine :

"Je pense que le monde entier n'a plus aucun doute, Donald Trump souhaite instaurer son propre gouvernement anticonstitutionnel de fait, un coup d’État au Venezuela contre le peuple et la démocratie. Ne doutons pas que Donald Trump, dans toute sa folie, se croit le gendarme du monde, se croit le patron de l'Amérique latine et des Caraïbes."

Un facteur clé de la crise actuelle au Venezuela, c'est la position de l'armée, quelle sera-t-elle dans un avenir proche ? La télévision d'État a diffusé des déclarations très similaires émanant de différents commandants de des forces armées qui affichent leur soutien au président actuel.

Fort de ce soutien, Maduro a rompu les relations diplomatiques avec les Etats unis et donné 72 heures aux diplomates américains pour partir, mais Washington n'entend pas bouger.

C'est juste après l'investiture du président Maduro pour son second mandat le 10 janvier que les manifestants de l'opposition ont envahi les rues. Et des dizaines de personnes ont été tuées dans les affrontements qui ont émaillé les rassemblements.

Mais, et malgré le contrôle de Maduro sur les principales institutions du pays, à l'exception de l'Assemblée nationale, l'opposition soutient qu'elle n'abandonnera pas les manifestations jusqu'au départ de Maduro...

"La lutte va être longue. Nous resterons ici jusqu'à ce qu'il y ait un changement. Nous comprenons que le gouvernement est désespéré, il y a beaucoup de peur, il y a beaucoup de pression internationale", explique un manifestant.

De plus en plus de pays reconnaissent le député de l'opposition, Juan Guaido, président autoproclamé, en tant que président légitime du Venezuela. Les États-Unis ont été les premiers à le faire :

"Le temps du débat est terminé, le régime de l'ancien président Nicolas Maduro est illégitime. Son régime est moralement en faillite, économiquement incompétent et profondément corrompu. Il est fondamentalement antidémocratique" , a expliqué Mike Pompeo, secrétaire d'État américain devant les Nations Unies.

Seuls quelques pays d’Amérique latine, comme le Mexique et l’Uruguay, n'ont pas reconnu Juan Guaido comme président par intérim. La Russie, la Turquie et la Chine ont manifesté leur soutien à Nicolas Maduro.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.