Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.

DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le camp de migrants le plus inhumain d'Australie va rouvrir ses portes

Le camp de migrants le plus inhumain d'Australie va rouvrir ses portes
Taille du texte Aa Aa

Le camp de rétention de migrants le plus contesté d'Australie va rouvrir ses portes sur l'île de Christmas. Le Premier ministre, Scott Morrison, l'a décidé sur un coup de tête, réagissant à chaud à la claque historique que son parti a reçu au parlement, précisément sur sa politique migratoire. Christmas a la réputation d'être le pire des centres de réfugiés, ces derniers étant abandonnés à leur sort par les autorités, sur un tout petit bout de territoire perdu dans l'Océan indien, à environ 1 500 kilomètres des côtes australiennes.

Un revers parlementaire jamais vécu par les Australiens depuis 90 ans

La droite, le Parti libéral au pouvoir, voulait faire voter des amendements qui auraient réduit les droits des demandeurs d'asile, notamment celui qui leur permet de sortir de plusieurs camps controversés pour aller se faire soigner sur le continent si deux médecins en font la demande. Mais l'opposition, travaillistes et indépendants réunis, a stoppé net cette tentative. Le gouvernement de Morrison essuie la défaite parlementaire la plus cinglante en Australie depuis 1929.

Humilié, le chef du gouvernement a accusé ses adversaires politiques de chercher à "affaiblir et compromettre" les frontières du pays. Pour prendre sa revanche, il a promis d'adopter toutes les recommandations des services de sécurité, sans exception, afin d'empêcher un afflux de migrants clandestins sur les côtes. C'est le cheval de bataille préféré de Scott Morrison (en photo ci-dessous) depuis son arrivée sur le devant de la scène en 2013 : il a ordonné de repousser systématiquement les bateaux de réfugiés qui tentent de gagner l'Australie, et de reléguer les migrants qui y parviennent dans des camps lointains sur les îles de Manus ou de Nauru, en Papouasie-Nouvelle-Guinée, et donc aussi sur l'île de Christmas.

Des conditions de vie inhumaines, dénoncées par des ONG

A Christmas, le centre de rétention a pourtant fermé il y a peu de temps, en octobre dernier. Il s'était rendu tristement célèbre pour ses conditions de vie inhumaines, selon de nombreuses ONG qui défendent les droits de l'Homme. Il abritait beaucoup d'enfants, particulièrement vulnérables, des suicides et des actes d'auto-mutilation y ont eu lieu, il a même connu une émeute violente en novembre 2015, à la suite de la mort d'un demandeur d'asile. Le rouvrir risque de n'apporter qu'une seule chose au pouvoir australien, encore un peu plus de condamnations internationales.