Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Le Nigéria à quelques heures de la présidentielle

Le Nigéria à quelques heures de la présidentielle
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Encore quelques heures de répit avant l'élection présidentielle ce samedi. Au Nigéria, tout s'organise autour des bureaux de vote pour préparer au mieux le scrutin. Le géant de l'Afrique de l'ouest, avec ses 190 millions d'habitants, doit choisir entre deux candidats principaux, le président sortant, Muhammadu Buhari, 76 ans, (candidat du Congrès des progressistes, APC), et un ancien vice-président Atiku Abubakar, 72 ans (candidat du Parti populaire démocratique, PDP).

Les grands fléaux du Nigéria

Le président a insisté sur sa lutte menée contre la corruption et l'insécurité.

"Nous sommes satisfaits de voir que nos attaques frontales contre ces deux jumeaux diaboliques s'accélèrent et donnent des résultats visibles", a déclaré dans sa dernière intervention télévisée Muhammadu Buhari.

L'insécurité dont parle le président, c'est une criminalité généralisée, des conflits entre les nombreuses communautés et les islamistes de Boko Haram qui terrorisent le nord du pays.

Sans surprise, son rival Atiku Abubakar dans son dernier meeting a fustigé le parti au pouvoir :

"Avec le parti au pouvoir, tout n'est que chômage, famine, pauvreté insécurité. Oh mon Dieu, qu'ils s'en aillent qu'ils s'en aillent!"

Abubakar, quatre ans de moins que le président, s'est pourtant présenté comme un homme jeune féru de nouvelles technologies. Sa cible, les 18-35 ans : Il a misé sur les réseaux sociaux, avec un programme tout écrit en emojis. Pas sûr que ça paye dans un pays où le smartphone est encore un luxe.

Eviter les 1000 morts de 2011

La crainte, ce sont les débordements de violence après les résultats, même si les candidats cette semaine ont signé un accord de paix promettant de les accepter. Ils s'annoncent serrés, et le risque, c'est l'achat de voix, même si Ahmad, un jeune tailleur rencontré dans la ville de Kano, s'en accomode :

"Si on m'offre de l'argent, je le prendrai, mais je voterai pour mon choix. C'est un vote secret, donc je vais faire mon choix."

Aucune date n'a été donnée pour les résultats de la présidentielle au Nigéria, en 2015 ils avaient été annoncés après 48h.