DERNIERE MINUTE

Festival d'hiver d'art international : une explosion de culture à Sotchi

Festival d'hiver d'art international : une explosion de culture à Sotchi
Taille du texte Aa Aa

La ville russe de Sotchi a célébré la culture sous toutes ses formes lors de la douzième édition du Festival d'hiver d'Art International, l'un des plus grands événements culturels de Russie.

Pour cette nouvelle édition, de nombreux artistes russes et internationaux ont été amené à collaborer.

Parmi les invités, le danseur espagnol Sergio Bernal et sa troupe, ainsi que leur directeur artistique Ricardo Cue. Leur spectacle est un mélange détonnant de danse flamenco et classique, le tout, porté par la voix ensorcelante de Marina Heredia.

Sergio Bernal est le Premier danseur du Ballet National d'Espagne, mais il a également reçu une formation de flamenco.

"Quand on danse le flamenco, je pense qu'il est important aussi de suivre des cours de ballet. Car dans le flamenco, il y a des lignes et des pirouettes, comme dans un ballet classique", explique le danseur.

La troupe a interprété Le Boléro de Ravel pour la première fois à Sotchi. Sur scène avec Sergio Bernal, sa collègue du Ballet National d'Espagne, Miriam Mendoza, et le danseur hispano-américain, Joaquin de Luz.

Joaquin de Luz, Miriam Mendoza et Sergio Bernal

Des "master class" avec les plus grands musiciens

Lors du festival, les musiciens ont également pu suivre des cours de perfectionnement avec des légendes de la musique, comme par exemple, le célèbre pianiste sud-coréen Daejin Kim ou encore, le violoncelliste Ivan Monighetti.

Le chef d'orchestre russe vit actuellement à Bales en Suisse, où il enseigne à l'Académie de musique. Pour Euronews, il a partagé quelques unes de ses sagesses.

"Il existe des techniques et des exercices de relaxation, mais une fois que vous jouez, vous oubliez tout et vous vivez pour le morceau que vous êtes en train de faire", raconte le maestro.

Présent également à Sotchi, les membres du U-Theatre, originaires de Taiwan. Leur spectacle est une combinaison surprenante de méditation, de percutions, de Tai chi, de danse et de théâtre.

Nous avons rencontré le directeur musical de la troupe, Huang Chih-Chun. :

"Avec notre musique, nos percussions et nos mouvements, nous reproduisons les sons distinctifs de l'eau, explique-t-il. Tout commence par des gouttes de pluies individuelles. Rassemblées, elles forment un courant, puis une rivière, et enfin, ces rivières se jettent dans l'océan."

Dans ce spectacle, pas de dialogue ou de scénario. Le but de la performance est de représenter de manière abstraite et contemplative l'eau et ses mouvements.

Le chef d'orchestre "n'est pas un dictateur"

Chef d'orchestre, violoncelliste et violoniste, Yuri Bashmet est également le directeur artistique du Festival. Nous lui avons demandé comment il définirait le rôle du chef d'orchestre.

"Ce n'est pas un dictateur, pas du tout ! Une centaine de personnes dans l'orchestre doit croire en lui, lui faire confiance. Ce n'est pas un policier, qui dit "gauche- droite" , car les musiciens sont des professionnels. L'ambiance d'un concert dépend beaucoup de lui."

A Sotchi, Yuri Bashmet a dirigé l'Orchestre symphonique "New Russia state" lors d'un concert entrecoupé de poèmes en langue russe, lus par l'actrice Anna Kovalchuk.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.