DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le Bronx, son hip hop et son esprit cosmopolite

Le Bronx, son hip hop et son esprit cosmopolite
Taille du texte Aa Aa

La compositrice-interprète française Laetitia Shériff parcourt les Etats-Unis en quête de découvertes musicales, historiques et culturelles. Nouvelle étape de son parcours : l'un des quartiers les moins visités de New York, le Bronx.

"New York est l'une des plus grandes villes du monde, donc bien sûr, je voulais la visiter, mais je voulais aussi avoir un aperçu de l'un de ses quartiers les moins connus : le Bronx, le seul endroit qui peut se vanter d'être le berceau du hip hop," dit-elle.

Le Bronx est réputé pour être le cœur de la street culture de New York. Il n'y a donc rien d'étonnant à constater que c'est un quartier coloré et divers et effectivement, l'une des destinations les plus dynamiques et captivantes aux Etats-Unis.

Lors de sa visite, Laetitia Shériff a plongé la tête la première dans tout ce que le Bronx a à offrir en réussissant à intégrer à son incontournable pèlerinage hip hop, un détour par le cottage dans lequel a vécu Edgar Allan Poe et une balade dans les jardins botaniques. Ce quartier a tout pour plaire à chacun en garantissant un contraste bienvenu avec les sites touristiques bondés de Manhattan.

L'histoire du hip hop

Par une chaude soirée d'été il y a près d'un demi-siècle, un DJ du nom de Clive Campbell a organisé une fête dans son immeuble avec pour seul équipement, un ampli de guitare et deux platines. C'était le 11 août 1973 au 1520 Sedgwick Avenue dans un quartier du Bronx appelé Morris Heights : le hip hop était né.

Sa grande invention fut la technique aujourd'hui très répandue des breaks (coupures) qui consiste à jouer un morceau sur deux platines en même temps, puis de manière répétée, à l'interrompre avant de reprendre la lecture. Inutile de dire que sa prouesse a eu un effet retentissant et aujourd'hui encore, les fans de hip hop se pressent pour voir le lieu où Clive Campbell, connu sous le nom de DJ Kool Herc, a eu cette idée géniale.

Laetitia Shériff a visité ce quartier résidentiel avec la légende du rap Grandmaster Caz : "J'ai passé un super moment avec cet homme incroyable et très attachant qui connaît tant d'anecdotes," raconte-t-elle. "Il prend grand soin de cette culture musicale et redouble d'efforts pour conserver sa mémoire intacte," affirme-t-elle. Les visiteurs du Bronx ont même la possibilité de le rencontrer : Grandmaster Caz encadre occasionnellement, des visites guidées pour Hush Tours.

Tour d'horizon de nos destinations favorites dans le Bronx

En matière d'art, de culture, de musique et de musées, le Bronx propose un large choix d'activités. Voici une sélection des lieux préférés de Laetitia Shériff :

1. Baladez-vous dans le marché couvert Retail Market sur Arthur Avenue qui se trouve au cœur du Little Italy du Bronx que l'on appelle aussi Belmont. Pour de nombreux New-Yorkais, c'est le seul endroit de la ville où l'on peut trouver des denrées italiennes authentiques : pain, pâtes, saucisses, pâtisseries et café. Vous serez bluffés par les connaissances des vendeurs locaux et par les produits à la vente qui sont autant de délices pour les yeux comme pour l'estomac.

2. Quand on vous parle du Bronx, il est probable que des images de ville bétonnée vous viennent en tête. Pourtant, c'est dans ce quartier que se trouve le Jardin botanique de New York, le plus grand des Etats-Unis, qui fait figure d'oasis dans la ville. "C'est un monde à lui seul," estime Laetitia Shériff. "Sur 125 hectares, on y trouve des marécages, des jardins et des paysages luxuriants qui abritent plus d'un million de plantes !" s'enthousiasme la musicienne.

3. Des vagues d'immigration successives dans le Bronx ont laissé leur empreinte sur la cuisine locale qui est aussi diverse que ses habitants. Les visiteurs désireux d'élargir leur horizon culinaire peuvent se rendre dans des lieux comme Ghanaian Ebe Ye Yie (qui veut dire "Tout ira bien") où les convives sont invités à manger avec les doigts. Laetitia Shériff recommande également La Morada, un restaurant traditionnel mexicain où elle a dégusté d'authentiques tacos et une spécialité de la ville d'Oaxaca. "L'établissement organise aussi des ateliers artistiques pour les enfants du quartier," précise-t-elle.

4. Le Cottage d'Edgar Allan Poe est étonnamment entouré des grands immeubles du Grand Concourse. Cette modeste maison de ferme fut la résidence de l'auteur de 1846 à 1849. Il y a écrit plusieurs ouvrages. Edgar Allan Poe et son épouse Virginia y avaient emménagé avec le vain espoir que sa situation à la campagne allait aider Virginia à vaincre sa tuberculose. La maison a été sauvée de la démolition en 1913 en étant reconstruite de l'autre côté de la rue.

5. L'équipe de baseball des Yankees détient 27 titres de World Series Champions. Son stade Yankee Stadium se situe dans le Bronx. Sur place, vous pourrez non seulement assister à un match de baseball de niveau international, mais vous aurez aussi l'occasion de découvrir le stade lors d'une visite aux côtés de guides particulièrement avisés.

Bande-son d'une ville

Voici notre bande-son inspirée par le Bronx lui-même qui pourra accompagner votre visite de ce quartier :

• DJ Kool Herc était derrière ses platines en tant que DJ lors de la fête que sa sœur organisait pour la rentrée des classes dans le Bronx en 1973 quand il a inventé la technique des coupures (breaks), à l'origine de la breakdance. Du fait de cette innovation, DJ Kool Herc est considéré comme le père du hip hop. Il est présent sur l'album "Sacrifice" de Substantial (2008).

• "El Manicero" (littéralement, "le vendeur de cacahuètes") enregistré par Don Azpiazú et son Havana Casino Orchestra (1930) aurait lancé l'engouement pour la rumba après avoir été joué au RKO Palace Theater du Bronx.

• Un groupe de lycéennes du Bronx connu sous le nom de The Chiffons a interprété "He's So Fine" (1963), titre du jeune compositeur Ronnie Mack.

"I Like it Like That" a été un tube du musicien de boogaloo Pete Rodriguez qui s'est installé dans le Bronx en 1967.

• Thelonious Monk a vécu dans le quartier, sur Lyman Place. Pour son fils TS Monk, son morceau "Epistrophy" (1941) est l'un des plus grands standards du jazz.

• Dans son titre, tout est dit : "Bronx Keeps Creating It" de Fat Joe (1995).

"Lost in the Flood" de Bruce Springsteen (1973), chanson sur la guerre du Vietnam dans laquelle le nom du Bronx apparaît.