Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

La Pininfarina Battista, la première hypercar éléctrique dévoilée à Genève

The Pininfarina Battista, la première hypercar éléctrique, Genève, 5/3/2019
The Pininfarina Battista, la première hypercar éléctrique, Genève, 5/3/2019 -
Tous droits réservés
Harold CUNNINGHAM / AFP
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Le carrossier italien Pininfarina, habitué des salons automobiles et qui ambitionne de devenir un constructeur à part entière, vient de présenter à Genève son premier modèle baptisé Battista, une "hypercar" de tous les superlatifs. Sa fiche technique va sans doute faire pâlir de jalousie ses concurrentes évoluant dans ce très petit cercle, à l'image de la Bugatti Chiron ou des productions du Suédois Koenigsegg. Mais un détail retient tout de suite l'attention, la puissance phénoménale de ce coupé, soit plus de 1 900 cv, est obtenu grâce à quatre moteurs électriques.

La Battista, selon les données constructeur, sera capable de réaliser le 0 à 300 km/h en moins de 12 secondes et d'atteindre plus de 350 km/h en vitesse de pointe. Et concernant l'autonomie, la création de Pininfarina, réalisée en fibre de carbone, pourrait parcourir 450 kilomètres avec une seule charge.

Pour mener à bien ce projet, l'entreprise italienne a créé l'année dernière "Automobili Pininfarina", une filiale implantée à Munich, en Allemagne, où seront fabriqués 150 exemplaires, pas un de plus, de la Battista. Le nom de cette hypercar électrique a été choisi en hommage à Battista Farina, qui fonda Pininfarina en 1930 à Turin en Italie.

La commercialisation devrait intervenir en 2020, à l'occasion des 90 ans de Pininfarina. Et si les futurs acheteurs pourront flatter leur fibre écologique, il leur faudra signer un chèque sans doute stratosphérique. Si aucun tarif n’a en effet été communiqué à Genève, il devrait aisément dépasser les deux millions d’euros.