Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Renault-Nissan : un nouveau contrat de mariage

Renault-Nissan : un nouveau contrat de mariage
Tous droits réservés
REUTERS/Kim Kyung-Hoon
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

C'est la nouvelle image de l'Alliance Renault-Nissan : une entité à plusieurs têtes.

Finie l'ère Carlos Ghosn, cet homme qui concentrait seul tous les pouvoirs du groupe.

Le nouveau conseil opérationnel a été établi ce mardi au siège de Nissan dans la banlieue de Tokyo, en présence des dirigeants de Nissan, Mitsubishi et Renault.

Le Français Jean-Dominique Senard, patron de la marque au losange, assurera la présidence de ce conseil, mais sans pouvoir imposer ses vues. Les décisions seront, en effet, validées avec les autres membres : le directeur général de Renault, Thierry Bolloré, le patron exécutif de Nissan, Hiroto Saikawa, et le PDG de Mitsubishi Motors, Osamu Masuko, tous présents à la tribune ce mardi.

REUTERS/Kim Kyung-Hoon
Le directeur général de Renault, Thierry Bolloré, le président de Renault, Jean-Dominique Senard, le patron exécutif de Nissan, Hiroto Saikawa, et le PDG de Mitsubishi Motors, Osamu Masuko, lors de la conférence de presse ce mardi à Yokohama (banlieue de Tokyo)REUTERS/Kim Kyung-Hoon
Nous voulons améliorer l'esprit de cette alliance. Nous voulons renouer avec l'esprit qui prévalait au tout début de l'alliance à la fin des années 1990, un esprit qui respecte les cultures de nos entreprises, qui respecte nos marques.
Jean-Dominique Senard
Président de Renault

Symboliquement, Jean-Dominique Senard renonce à diriger Nissan. C'était une demande de la partie japonaise. Cette concession est censée ramener un peu de sérénité après des mois de tourments liés à l'affaire Carlos Ghosn.

L'ex-patron de l'alliance Nissan-Renault vient de passer plus de 3 mois en détention dans le cadre d'une enquête sur des soupçons d'abus de confiance et de fausse déclarations de revenus.

Il a indiqué qu'il comptait bientôt s'exprimer pour répondre à ces accusations.