Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Voici le premier guide touristique francophone sur la Corée du Nord

REUTERS/Gonzalo Fuentes
REUTERS/Gonzalo Fuentes
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Le Petit Futé a présenté mardi le premier guide touristique en français dédié à la Corée du Nord, qu'il décrit comme la "survivance d'un Etat communiste totalitaire", et où quelque 400 touristes hexagonaux seulement se rendent chaque année.

"l'intérêt touristique du pays"

"Le guide n'a pas été conçu pour faire l'apologie du régime actuel, pas pour porter un jugement, mais pour montrer l'intérêt touristique réel du pays", a souligné le cofondateur des guides Jean-Paul Labourdette en présentant lors d'un point presse l'ouvrage de 190 pages tiré à 4.000 exemplaires.

"Comme c'est un pays fermé et interdit, tout le monde rêve d'y aller, et tout le monde veut voir ce qui est interdit et ce qui est fermé" explique Dominique Auzias, cofondateur du Petit futé.

"Il n'y a aucun problème de sécurité" d'après Jean-Paul Labourdette, alors que la France "déconseille sauf raison impérative" à ses ressortissants de se rendre en Corée du Nord, et le cas échéant de "faire preuve de la plus grande prudence et de la plus grande vigilance".

Chaque année, 400 français visitent la Corée du Nord

Le Quai d'Orsay met en avant "le caractère répressif du régime nord-coréen, le non-respect des droits et des libertés des individus, la poursuite de tirs balistiques et d'essais nucléaires et l'attitude de provocation vis-à-vis de la communauté internationale".

Si le visa de tourisme, facile à obtenir, permet à 400 français de séjourner dans le pays chaque année, le Petit Futé admet que les conditions de visite sont "très contraignantes": passage obligé par une agence agréée, hôtels et restaurants imposés et impossibilité de "partir en vadrouille".

"Je pense que c'est l'un des pays les plus sûrs du monde, si ce n'est que c'est un peu comme si vous visitez une centrale nucléaire" indique Dominique Auzias. "On va vous dire que tout est interdit, sauf ce qui est autorisé. Et donc on se retrouve dans la même situation, c'est très sûr dès lors que vous ne restez à faire que ce qui est autorisé et que vous êtes encadrés pour le faire".

Régime répressif

Certains impairs peuvent aussi coûter cher, admet Le Petit Futé: "les sanctions peuvent être lourdes (...) comme ce fut le cas pour l'étudiant américain Otto Warmbier".

Condamné à 15 ans de travaux forcés pour avoir volé une affiche de propagande lors de son séjour, ce dernier est décédé en juin 2017 après avoir été rapatrié dans le coma - en raison de tortures, selon la justice américaine - au terme de 18 mois en Corée du Nord.

D'où une conduite prudente conseillée aux voyageurs, comme "ne pas prendre de photo des aéroports, routes, ponts, gares" ou "ne pas jeter à la poubelle ou ne pas plier un journal où figure une représentation" des dirigeants actuels ou passés, mais "le rouler".

"Ce projet de guide a été lancé il y a quatre ans, on n'a pas attendu que Donald (Trump) et Kim (Jong Un) fassent ami-ami et que le pays soit sous le feu des projecteurs. Mais il a fallu pas mal de temps pour trouver des auteurs francophones adéquats", indique M. Labourdette.

La maison d'édition, rappelle-t-il, a l'ambition "un peu folle" de publier un guide sur tous les pays du monde: soit 204 contre 175 aujourd'hui. "Il nous manque encore l'Irak, l'Arabie Saoudite ou le Liberia".