Euronews soir : l'actualité du 28 mars

Euronews soir : l'actualité du 28 mars
Par Julien Pavy
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Au sommaire : le Brexit met le Royaume-Uni au bord de la crise de nerfs. Le Venezuela à l'origine de tensions entre Moscou et Washington. En Algérie, l'après-Bouteflika en question. Un nouveau musée en forme de "rose des sables" au Qatar.

Brexit : le Royaume-Uni au bord de la crise de nerfs

PUBLICITÉ

Le Brexit continue de donner le tournis au Royaume-Uni. Le président de la Chambre des communes a donné son feu vert à un troisième vote demain sur l'accord de retrait conclu entre Londres et  Bruxelles. La veille, Theresa May avait promis de démissionner, si les députés approuvent son texte. La cacophonie règne plus que jamais à Londres.

Venezuela : tensions entre Moscou et Washington

Les États-Unis dénoncent la présence d'avions militaires russes à Caracas et réclament leur départ immédiat. Réponse négative de la Russie. En toile de fond, il y a toujours ce duel pour le pouvoir au Venezuela entre le président Nicolas Maduro et l'opposant Juan Guaido, dont l'épouse a été reçue à la Maison-Blanche.

Algérie : l'après-Bouteflika en question

La mobilisation se poursuit en Algérie pour réclamer le départ du président Bouteflika et, au-delà, la fin d'un régime vieillissant. Un sixième vendredi consécutif de manifestations est attendue demain. Interview dans ce journal avec l'écrivain algérien Mohamed Sifaoui.

Un musée en forme de "rose des sables" au Qatar

Enfin, nous vous ferons découvrir le tout nouveau Musée national du Qatar. Le complexe en forme de "rose des sables" a été conçu par l'architecte français Jean Nouvel.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Irlande du Nord : après deux ans de tumultes, le parlement va reprendre du service

Irlande du Nord : vers une levée du blocage des institutions

Le gouvernement britannique accusé de faire peur aux citoyens de l'UE pour qu'ils quittent le pays