Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Le "revolver de Van Gogh" mis aux enchères à Paris

Le "revolver de Van Gogh" mis aux enchères à Paris
Tous droits réservés
AuctionArt / Drouot
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Suicide ? Assassinat ? Un mystère plane toujours autour de la mort de Vincent Van Gogh. Seule certitude, le peintre impressionniste a succombé à ses blessures, le 29 juillet 1890, deux jours après avoir reçu une balle de 7 min dans l’abdomen. L'arme qui aurait été utilisée, soit par le peintre, soit par ses meurtriers, va être va être mise aux enchères à Paris le 19 juin prochain. Ce revolver est estimé entre 40 000 et 60 000 euros par la maison Auction Art qui va organiser cette vente à l'Hôtel Drouot.

L'arme avait disparu et n'avait jamais été retrouvée... jusqu'à ce qu'un agriculteur découvre, en 1965, un vieux revolver rouillé dans un champ à Auvers-sur-Oise, dans le département français du Val-d'Oise. Le lieu de cette découverte n'est pas anodin, puisqu'il s'agirait du champ où le coup de feu fatal fut tiré le 27 juillet 1890. Et de plus, le calibre du revolver est le même que celui de la balle qui avait mortellement blessée Vincent Van Gogh.

Le revolver, avec système Lefaucheux à broche, a été remis après sa découverte au propriétaire de l'auberge Ravoux d'Auvers-sur-Oise où le peintre habitait et où il est est décédé. Depuis, le revolver est resté dans la même famille par descendance. Surnommée par certains spécialistes "l'arme la plus célèbre de l'histoire de l'art", le revolver était apparu aux yeux du monde en 2012, lors de la parution du livre "Aurait-on retrouvé l'arme du suicide?" d'Alain Rohan.

L'authentification de l'arme est toujours sujette à caution, elle ne sera probablement jamais formellement établie. Mais sa provenance a été jugée sérieuse. Le revolver a ainsi été présenté au public dans le cadre de l'exposition "On the Verge of Insanity" ("Au bord de la folie") organisée par le Musée Van Gogh d'Amsterdam en 2016.

Selon la maison de ventes Auction Art, l'analyse de l'arme, très abîmée, atteste qu'elle est restée dans le sol durant un laps de temps pouvant coïncider avec l'année 1890.

En 2011, Steven Naifeh et Gregory White Smith ont défendu par ailleurs la thèse que le peintre ne se serait pas suicidé, mais aurait été victime d'un tir accidentel déclenché par des jeunes gens qui jouaient avec une arme. La piste du meurtre a été également évoqué par ces deux américains dans leur livre "Van Gogh : The Life".

Pour les experts de Auction Art, "cette hypothèse n'écarte en rien les résultats des recherches effectuées sur l'arme en question qui aurait pu être abandonnée dans le champ par les jeunes garçons".