Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.

DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Theresa May présente le report du Brexit aux parlementaires

Theresa May présente le report du Brexit aux parlementaires
Taille du texte Aa Aa

Après les sourires à Bruxelles, c'est un retour un peu moins chaleureux devant les parlementaires pour Theresa May. Si elle souhaitait un report du Brexit au 30 juin, le Royaume-Uni devra se contenter du 31 octobre, sauf si un accord de sortie est signé entre-temps. « Les choix qui s’offrent à nous sont difficiles et le calendrier est clair. Je crois que nous devons maintenant poursuivre nos efforts pour parvenir à un consensus sur un accord qui est dans l’intérêt national. Je me réjouis des discussions qui ont eu lieu avec l’opposition au cours des derniers jours et des autres pourparlers qui reprennent aujourd’hui. Ce n’est pas la façon normale de faire de la politique et c’est inconfortable pour bon nombre de députés, tant du côté du gouvernement que de celui de l’opposition. », tempère Theresa May.

Pour l'opposition, cette offre du bloc européen constitue une nouvelle défaite pour la Première ministre. Jeremy Corbyn, le leader du parti travailliste, a repris ses attaques contre le gouvernement : « Cela s’est produit seulement trois semaines après que la Premièr ministre eut dit à la Chambre qu’elle n’était pas prête à retarder le Brexit plus longtemps que le 30 juin. Cette deuxième prolongation en l’espace de deux semaines représente non seulement un échec diplomatique, mais elle traduit la mauvaise gestion par le gouvernement de tout le processus du Brexit. »

Si, le gouvernement britannique parvenait à faire ratifier le traité du divorce avant la fin octobre, le Brexit serait effectif le premier jour du mois qui suit. La porte de l'UE elle n'est pas encore fermée, mais Bruxelles a l’intention de ne pas la rouvrir après le 31 octobre.