Quatrième mise en examen pour Carlos Ghosn

Quatrième mise en examen pour Carlos Ghosn
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Carlos Ghosn, qui arrivait lundi au bout de sa garde à vue au Japon sur des accusations de détournement de fonds de Nissan a été de nouveau inculpé, pour abus de confiance aggravé. Une faute "totalement inacceptable" pour Nissan.

PUBLICITÉ

Un mois à peine après être sorti de prison et alors qu'il arrivait au bout de sa garde à vue au Japon, pour détournement de fonds de Nissan, Carlos Ghosn, l'ancien PDG du groupe Renault-Nissan a été de nouveau inculpé, pour abus de confiance aggravé.

De l'avis des experts, il s'agit des éléments les plus graves qui lui sont reprochés à ce jour, cinq mois après sa première interpellation qui a scellé sa chute, le 19 novembre à Tokyo. Le tribunal de Tokyo a confirmé cette quatrième mise en examen. Les avocats de l'homme d'affaire ont aussitôt déposé une demande de remise en liberté.

Le feuilleton judiciaire se poursuit donc au Japon pour l'homme d'affaires de 65 ans. Depuis sa ré-arrestation le 4 avril à son domicile de Tokyo, un mois à peine après avoir quitté la prison sous caution, Carlos Ghosn était interrogé sur des transferts d'argent émanant de Nissan, à un distributeur de véhicules de Nissan à Oman. Selon le bureau des procureurs, sur un total de 15 millions de dollars versés à cet intermédiaire entre fin 2015 et mi-2018, 5 millions ont été utilisés à des fins d'enrichissement personnel. Dans un communiqué, Nissan a annoncé une action en justice, "réclamant des sanctions d'une sévérité appropriée" face à "une faute totalement inacceptable".

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Fuite de Carlos Ghosn au Liban : son principal avocat réagit

Affaire Carlos Ghosn : perquisition au siège du groupe Renault

Comprendre les effets du départ de Renault en Russie : 3 questions à l'historien Boris Vinogradov