Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

The Brief from Brussels : la Hongrie un peu plus isolée

The Brief from Brussels : la Hongrie un peu plus isolée
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

La menace d'une exclusion s'accentue contre le parti au pouvoir en Hongrie. Le positionnement politique du Fidesz du Premier ministre Viktor Orban est une nouvelle fois pointé du doigt. Les chrétiens-démocrates allemands dénoncent son rapprochement avec le leader de l'extrême droite italienne Matteo Salvini. Le ministre hongrois des Affaires étrangères balaye ces reproches. "J'estime que Matteo Salvini n'est pas d'extrême droite. Nous respectons son action, nous respectons sa politique migratoire et sécuritaire", répond Peter Szijjarto. Il assure d’ailleurs que son parti est prêt à quitter la famille chrétienne-démocrate si cette dernière se rapproche des formations centristes.

Accusations de corruption

La Hongrie semble un peu plus isolée au sein de l'Union européenne. Les 27 Etats membres ont par exemple ignoré un véto déposé la semaine dernière par Budapest concernant Israël. "D'un point de vue procédural c'est inacceptable, de même que d'un point de vue politique", assure Peter Szijjarto qui fait valoir que les décisions relevant des affaires étrangères de l’UE doivent être prises à l’unanimité. Le ministre rejette aussi les accusations de détournement de fonds européens. Le militant Akos Hadhazy assure que 30% de l’argent de l’UE serait détourné par le gouvernement. "La Hongrie a rempli ses obligations au regard des traités", répond Peter Szijjarto.

Brèves :

  • L’UE prête à protéger ses intérêts face aux USA…

Cuba pourrait devenir la source de nouvelles tensions entre l'Union européenne et les Etats-Unis. Les 28 réaffirment leur intention de protéger leurs entreprises présentes sur l'île contre toute action américaine. La cheffe de la diplomatie de l'Union, Federica Mogherini, se dit prête à porter l'affaire devant l'OMC, l'Organisation mondiale du commerce. Les sociétés européennes ont principalement investi dans le tourisme et l'énergie à Cuba.

  • … et coopère en matière énergétique

Malgré les tensions commerciales, l'Union européenne et les Etats-Unis renforcent leur partenariat énergétique. Les exportations américaines de gaz naturel liquéfié à destination des Etats membres ont progressé de 272% depuis les premières livraisons en avril 2016. Les Européens cherchent d'une part à diversifier leur approvisionnement en gaz naturel et espèrent d'autre part calmer les dissensions avec Washington.

  • Les europhobes en tête au Royaume-Uni

Le farouche partisan du Brexit, le Britannique Nigel Farage, maintient son avance dans les sondages. Sa nouvelle formation le "Brexit party", le parti du Brexit, est en tête des intentions de vote pour les élections européennes à la fin du mois.