Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Tourisme : les gorges de l'Ardèche, oui, mais sans alcool

Le pont d'Arc sur la rivière Ardèche
Le pont d'Arc sur la rivière Ardèche -
Tous droits réservés
alain@souleliac.fr / CC BY-SA 2.0 FR
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Après l’effort, le réconfort... mais sans alcool. Ainsi point d'apéros à base de boissons alcoolisées pour les touristes qui vont arpenter les gorges de l'Ardèche dans le sud de la France à pied, en canoë ou en vélo. Depuis le 1er mai et jusque 30 septembre, la consommation d'alcool est en effet interdite par un arrêté préfectoral. La raison invoquée par les autorités du département : éviter les bagarres, le comportements dangereux et "les accidents dus à l'ivresse".

Chaque année, ce site naturel est fréquenté par plus de 1,5 million de visiteurs entre avril et septembre, selon le Syndicat mixte de Gestion des Gorges de l'Ardèche (SGGA) qui gère et préserve ces différents espaces confrontés à une fréquentation touristique massive. En été, la rivière Ardèche est également prise d'assaut. Des milliers d’embarcations se retrouvent à l'eau pour effectuer un parcours balisé de 30 km (plus de 180 000 descentes par an indique le SGGA).

Pour accueillir tout ce petit monde, deux espaces de bivouac (Gaud et Gournier) ont été aménagés, les seuls endroits où il est autoriser de passer la nuit dans les gorges. Ainsi pendant la période estivale, "il est interdit aux randonneurs et aux utilisateurs d'embarcations de détenir des boissons alcoolisées aux fins de consommation dans les bivouacs de Gaud et de Gournier ou sur le domaine fluvial", précise l'arrêté pris par Françoise Souliman, préfète de l'Ardèche.

En pleine saison, plus de 500 personnes peuvent camper dans ces aires, où il faut au préalable s'enregistrer pour pouvoir y passer la nuit... dans le calme. L'objectif de l'interdiction temporaire d'alcool est d'éviter tous types de débordement liés à sa consommation dans un cet espace restreint et protégé.

Des contrôles seront effectués régulièrement et le non-respect de cet arrêté fera l'objet de sanctions a également indiqué la préfecture. L'année dernière, les gendarmes avaient ainsi saisi 170 litres d'alcool durant les mois de juillet et d'août. Une amende de 38€ était, de plus, adressée aux personnes interpellées avec des bouteilles d'alcool.

Cette mesure est prise chaque année depuis 2010. Elle ne concerne que la consommation d'alcool dans l'espace public et n'est pas en vigueur dans les campings, hôtels ou restaurants de la zone.