Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

The Brief from Brussels : démêler vraies et fausses infos

The Brief from Brussels : démêler vraies et fausses infos
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Trier le bon grain de l'ivraie sur les réseaux sociaux, c'est l'enjeu des discussions au sein de l’UE face à la multiplication des accusations d'ingérence étrangère lors de scrutins. Le débat porte sur les façons de permettre aux citoyens de faire la différence entre faits avérés et infox qui circulent sur le web. "Je pense qu'il faut regarder de près les algorithmes, en particulier YouTube, mais pas seulement. Comme ça nous pourrions voir ce qui se passe. Mais les citoyens eux-mêmes, les consommateurs, doivent savoir comment ils sont manipulés", assure Marjory van den Broeke, porte-parole adjointe du Parlement européen.

L'agence européenne de cybersécurité, ENISA, suggère aux Etats membres d'adopter des législations nationales pour faire face à la désinformation en ligne. Cette proposition s'ajoute au plan d'action de la Commission européenne présenté au mois de décembre. L'institution demande aux plateformes numériques de garantir la transparence de la publicité politique. Elle veut aussi pousser les entreprises à fermer les faux comptes actifs. "C'est différent de manipuler des gens pour des raisons commerciales ou des intérêts politiques et être journaliste, être responsable de ses erreurs et être en mesure de corriger ces fautes", précise Adeline Brion de Lie Detectors. Assurer la diffusion d'informations justes et claires, voilà la priorité pour l'Union européenne à trois semaines des élections dans les Etats membres.

Brèves :

  • Diplomatie entre Alliés de l’Otan

Le secrétaire général de l'Otan se lance dans une offensive diplomatique en Turquie. Jens Stoltenberg entame ce lundi une visite de deux jours pour convaincre Ankara de ne pas acheter de missiles russes. Les autorités turques ne souhaitent pas se fournir auprès de l'allié américain ce qui provoque des tensions avec Washington. Les Etats-Unis menacent en retour de sanctionner la Turquie.

  • Carles Puigdemont peut se présenter aux élections européennes

L'ancien président-indépendantiste de Catalogne Carles Puigdemont est en droit de se présenter aux élections européennes. La Cour suprême espagnole infirme la décision de la commission électorale espagnole. Les juges estiment que l'exil en Belgique du responsable catalan ne le rend pas inéligible. Ils soulignent qu'être candidat est un "droit fondamental". La décision finale doit maintenant être prise par les tribunaux administratifs de Madrid.

  • Berlin veut vacciner contre la rougeole

L'Allemagne veut sévir contre les parents qui refusent de vacciner leurs enfants contre la rougeole. Le ministre de la santé a élaboré un projet de loi qui prévoit une amende de 2 500 euros pour les parents qui s'opposent au vaccin. Le texte envisage aussi d'exclure les enfants des crèches et des maternelles.