DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

"Neon Heart" met l'accent sur le handicap, la délinquance et les discriminations

capture d'écran film Neon Heart
capture d'écran film Neon Heart
Taille du texte Aa Aa

Pour son premier long métrage, le réalisateur danois Laurits Flensted-Jensen s'attaque au handicap dans le cinéma, en suivant les parcours de trois jeunes.

Niklas, qui s'est débarrassé de ses addictions, s'occupe désormais de deux personnes atteintes de trisomie. Une activité qui redonne un sens à sa vie. Son petit frère, Frederik, sombre dans la délinquance. Enfin, son ex-petite amie, Laura, tente de reprendre une vie normale au Danemark après un courte carrière d'actrice pornographique aux Etats-Unis.

Les deux tiers du casting sont des comédiens non-professionnels, notamment pour les rôles des acteurs handicapés. Mikkel Lund est l'un d'eux. Pour lui, ce film est "l'aboutissement de vingt années de persévérance" car pendant plusieurs années, l'Ecole nationale des arts de la scène du Danemark a martelé que les personnes handicapées ne pouvaient pas devenir acteurs.

Le réalisateur Laurits Flensted-Jensen a exigé "un langage brutalement honnête" dans son film et "une authenticité que je ne pensais pas pouvoir obtenir autrement que par la recherche de vraies personnes handicapées" indique-t-il.

Faut-il absolument engager des acteurs atteints de handicap pour ces rôles? Le débat existe, alors que Joaquin Phoenix, a été engagé pour le film Dont Worry de Gus Van Sant, ou plus récemment Bryan Cranston pour le film the Upside, remake d'Intouchable.