Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Tennis: contre Monfils, Federer à un point d'être à terre

Tennis: contre Monfils, Federer à un point d'être à terre
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Deux fois, Gaël Monfils est passé à un point de le mettre à terre, mais Roger Federer a repris pied jeudi pour rallier les quarts de finale du Masters 1000 de Madrid, pour son premier tournoi sur terre battue depuis trois ans.

Pour son deuxième match dans le tournoi madrilène, sa seule escale annoncée avant son grand retour à Roland-Garros (26 mai-9 juin) pour la première fois depuis 2015, Federer est venu à bout de Monfils en trois sets 6-0, 4-6, 7-6 (7/3) après avoir écarté deux balles de match, à 6-5 sur son service dans la manche décisive. 48 heures plus tôt, il avait disposé sans encombre de Richard Gasquet (6-2, 6-3).

Avant cette semaine espagnole, son dernier match en date sur ocre remontait au 12 mai 2016, à Rome, où il s‘était incliné en huitièmes de finale, face à l’Autrichien Dominic Thiem (7-6 (7/2), 6-4). Précisément son prochain adversaire : Thiem s’est lui qualifié (6-4, 7-5) aux dépens de l’Italien Fabio Fognini (12e). Mais fort, depuis sa victoire de 2016, d’une nouvelle stature: en trois ans, l’Autrichien a entre autres fait mordre la poussière sur terre battue à Rafael Nadal à trois reprises, atteint la finale de Roland-Garros en 2018 et triomphé récemment à Indian Wells – contre Federer justement – et à Barcelone dimanche dernier.

- Au “crash test” Thiem /p>

C’est “sans aucun doute un gros test, comme Monfils l‘était, pour un début de saison sur terre battue”, estime Federer.

Pour Monfils, qui n’hésite pas à répéter haut et fort ses ambitions – gagner un Grand Chelem, sur l’ocre parisien en priorité -, une jolie occasion de marquer les esprits s’est envolée. Ça ne lui a pas fait perdre le sourire, lui qui ne dispute que son deuxième tournoi après plus de six semaines loin des courts (tendon d’Achille et cheville).

“Même avec un début pas super, j’ai réussi à bien revenir, costaud, et même à avoir des balles de match”, positive-t-il.

Comme au tour précédent, le Parisien est passé complètement à côté de son début de match, coupable d’approximations en série, entre problèmes de centrage et placements hasardeux. Au point de voir s’envoler le premier set 6-0 en seulement 18 minutes.

“Je suis arrivé mou. Ça s’est vu tout de suite, il m’est rentré dedans, je me suis un peu crispé, j’ai commencé à faire beaucoup de fautes, lui s’est relâché, il a pris la balle tôt, ça a commencé à aller très vite”, raconte-t-il.

Puis “j’ai essayé de remettre beaucoup d‘énergie, d’adrénaline et j’ai réussi à le déstabiliser”, poursuit-il. Pas suffisamment toutefois.

Devenu plus percutant et plus précis, au service comme dans le jeu, quand Federer commettait davantage de fautes, il s’est échappé dans les deux manches suivantes (4-1). Dans les deux cas, l’ex-N.1 mondial aujourd’hui N.3 est revenu à hauteur (4-4). Dans le deuxième set, il a de nouveau craqué dans la foulée, récoltant même un rare avertissement après avoir expédié une balle dans les airs hors de la “Caja Magica” pour passer ses nerfs. Pas dans le troisième.

Halep à deux victoires du trône –

Plus tôt, le N.1 mondial Novak Djokovic avait mis fin au parcours de Jérémy Chardy (47e) 6-1, 7-6 (7/2) en sauvant au passage une balle d‘égalisation à un set partout. Un succès face au Croate Marin Cilic (11e) en quarts de finale lui permettrait d’engranger trois victoires consécutives pour la première fois depuis l’Open d’Australie, lui qui a connu depuis une sérieuse baisse de régime.

Nadal, victorieux du jeune Américain Frances Tiafoe (6-3, 6-4) en soirée, hérite pour prochain adversaire du Suisse Stan Wawrinka (34e), tombeur 6-3, 7-6 (7/3) du Japonais Kei Nishikori, N.7 mondial.

“Je retrouve de la stabilité. J’ai joué deux matches stables : je n’ai pas fait des choses incroyables mais je n’en ai pas fait de mauvaises non plus. C’est la base de mon jeu. A partir de là, il faut continuer à ajouter des ingrédients”, estime l’Espagnol, malade en début de semaine et toujours en quête de son premier titre en 2019.

Dans le tableau féminin, la Roumaine Simona Halep (N.3) s’est qualifiée pour le dernier carré en maîtrisant l’Australienne Ashleigh Barty (N.9) 7-5, 7-5. Pas la N.1 mondiale Naomi Osaka, victime (3-6, 6-2, 7-5) de la Suissesse Belinda Bencic (18e). Si bien qu’Osaka pourrait être délogée du trône du tennis mondial lundi. Pour cela, un seule solution : que Halep s’offre le trophée samedi.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.