DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

France : hommage national aux deux soldats tués au Burkina Faso

France : hommage national aux deux soldats tués au Burkina Faso
Tous droits réservés
REUTERS/Philippe Wojazer/Pool
Taille du texte Aa Aa

La France a rendu ce mardi matin un hommage national aux deux membres des forces spéciales tués en libérant des otages au Burkina Faso, lors d'une cérémonie solennelle aux Invalides à Paris présidée par Emmanuel Macron.

Le président français est entré, vers 11h, dans la cour d'honneur des Invalides, accompagné du Premier ministre Edouard Philippe, au son de la Marseillaise. Le chef d'Etat a d'abord passé en revue des troupes présentes, avant d'aller à la rencontre des familles des soldats. Les dépouilles de Cédric de Pierrepont et d'Alain Bertoncello ont ensuite été déposés au centre de la cour d'honneur, portés par des membres des forces spéciales au visage masqué pour protéger leur anonymat. Un bagad, un orchestre traditionnel breton, de la Marine nationale interprétant "Entre terre et mer" a accompagné l'entrée des deux cercueils qui étaient auparavant exposés dans la cathédrale Saint-Louis des Invalides.

Emmanuel Macron a ensuite pris la parole pour rendre hommage aux commandos "tombés pour la France". Le chef de l'Etat a débuté son allocution en indiquant que "la mission était périlleuse, les ravisseurs déterminés (...) Encore quelques heures, et les otages étaient aux mains des terroristes maliens". Le président français a affirmé que "ceux qui attaquent les Français doivent savoir que nous ne plions jamais". Il a salué la mémoire des deux disparus, qui "ont bravé la mort pour sauver des vies" en faisant état de leurs brillants états de service.

REUTERS/Philippe Wojazer/Pool

Après avoir conclu sa prise de parole en déclarant que "la Nation toute entière se souviendra. Vos deux noms seront gravés aux monuments aux morts de vos communes", le président français a décoré les deux soldats de la Légion d'Honneur à titre posthume. La Marseillaise a nouveau retenti dans la cour des Invalides.

Enfin, les cercueils des deux commandos ont été ensuite portés hors de la cour par leurs camarades des Forces spéciales au son du chant militaire "Loin de chez nous en Afrique", clôturant une cérémonie d'environ 50 minutes.

Revoir l'intégralité de la cérémonie :

Les cercueils des commandos marine Cédric de Pierrepont, 33 ans, et Alain Bertoncello, 28 ans, recouverts du drapeau tricolore, avaient d'abord traversé la Seine sur le pont Alexandre III, où "tous ceux qui veulent saluer une dernière fois les militaires pourront venir se recueillir", indique le ministère des Armées.

Les cercueils des deux bérets verts ont été disposés côte à côte dans la cour d'honneur des Invalides, symboliquement reliés par une "sangle de vie" utilisée par les nageurs de combat, un brevet que seuls possèdent les membres du prestigieux commando Hubert auquel appartenaient les deux défunts.

Les obsèques d'Alain Bertoncello auront lieu samedi chez lui en Haute-Savoie (centre-est) "dans l'intimité familiale". Ceux qui le souhaitent pourront se recueillir devant sa dépouille, à la maison funéraire d'Annecy.

Les obsèques de Cédric de Pierrepont auront lieu mercredi après-midi en l'église de Larmor-Plage, dans le Morbihan (ouest).

Cette tradition d'hommage citoyen aux soldats tombés au combat, sur le plus beau pont de la capitale française, est relativement récente: elle remonte à 2011, à l'initiative d'associations d'anciens combattants et du gouverneur militaire de Paris, alors que l'armée française était déployée en Afghanistan.

Une cérémonie d'honneurs militaires, réservée aux familles et aux proches des deux membres des Forces spéciales, a déjà eu lieu lundi aux Invalides, au cours de laquelle le chef d'état-major de la Marine, l'amiral Christophe Prazuck, a décoré les commandos tués de la médaille militaire et de la Croix de la valeur militaire.