Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

De l'Algérie à la Suisse : la traque des fonds détournés

De l'Algérie à la Suisse : la traque des fonds détournés
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Ils se font appeler "les Algériens sans frontières". Un collectif international réunissant des avocats, des médecins, des ingénieurs ou encore des artistes s'est donné une mission : retrouver et geler les avoirs détournés par le clan Bouteflika. Des avoirs qui seraient dissimulés dans des banques suisses et dans de nombreux autres pays.

Cette bataille de longue haleine connaît un nouvel élan depuis la démission d'Albdelaziz Bouteflika début avril. En Suisse, elle est menée par l'avocat Lachemi Belhocine, qui explique ici le système mis en place notamment par des hommes d'affaires liés au régime :

" Ils créent une société ici en Suisse et ils fabriquent de fausses factures. Imaginons qu'une marchandise ou un téléphone vaut 100 francs suisses, ils vont présenter une facture non pas de 100 francs mais gonflée jusqu'à 1000, 1500 francs. Les institutions bancaires vont lui transférer les 1500 francs pour une marchandise qui en vaut 100 francs. La différence entre le prix qui a été gonflé et le prix réel, pour moi, c'est un transfert illicite. "

D'après les estimations du collectif, les sommes détournées seraient colossales. Pour Lachemi Belhocine, elles doivent être restituées aux Algériens :

" Le chiffre le plus sérieux est de 24 milliards, et ce n'est pas que moi. Plusieurs ONG dans le monde évoquent également un demi-milliard par an. Par contre, qu'il s'agisse de 24 milliards ou de mille francs, ce qui a été volé doit être restitué à la victime, et en l'occurrence c'est le peuple algérien. "