EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Allemagne : malgré la crise au SPD, la coalition tient toujours

Allemagne : malgré la crise au SPD, la coalition tient toujours
Tous droits réservés REUTERS
Tous droits réservés REUTERS
Par Maxime Biosse Duplan
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

peut-être la fin de l'ère Merkel

PUBLICITÉ

Après la démission d'Andrea Nahles de la présidence des Sociaux-Démocrates allemands, le SPD a désormais une direction à trois têtes. Malu Dreyer, Manuela Schwesig and Thorsten Schäfer-Gümbel dirigent pour l'instant collégialement le parti, allié d'Angela Merkel au sein de sa coalition gouvernementale.

Aucun des trois ne semble vouloir prendre la direction du SPD. Malu Dreyer, Première ministre du land de Rhénanie Palatinat : "C'est un moment difficile et critique pour nous, mais le parti n'est ni décapité ni sans direction".

Peut-être la fin de l'ère Merkel

A la CDU, personne ne prend à la légère cette crise au sein du SPD. Si il décidait finalement de quitter la coalition gouvernementale, comme certains de ses membres le réclament régulièrement, cela signifierait sans doute des élections anticipées et peut-être la fin de l'ère Merkel.

Surtout dans ce contexte de forte érosion de popularité des grands partis de centre-droit et centre-gauche allemands - et les européennes l'ont bien démontré.

Annegret Kramp-Karrenbauer est la présidente de la CDU : "Nous souhaitons poursuivre cette coalition, rester fiables et continuer de regarder vers le futur. C'est au SPD de décider maintenant comment il veut se comporter".

Au pouvoir depuis 2005, Angela Merkel a assuré ce lundi qu'il n'y avait pas d'"instablité"...

Mais en parallèle, les Verts et le parti xénophobe AFD, forts de bons résultats dans les urnes, attendent de pouvoir passer à l'offensive face aux vieux dinosaures de la politique allemandes.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Un revers électoral pour l'AfD en Allemagne

Le Premier ministre écossais Humza Yousaf démissionne

Les menaces de démission de Pedro Sánchez relancent le débat sur la polarisation politique