Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Un pétrolier iranien stoppé dans le détroit de Gibraltar

Un pétrolier iranien stoppé dans le détroit de Gibraltar
Tous droits réservés
REUTERS/Stringer
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

La marine britannique a arraisonné ce jeudi dans le détroit de Gibraltar un pétrolier iranien sous pavillon panaméen. La raison, le "Grace One" est soupçonné de transporter sa cargaison vers la Syrie, qui est sous embargo pétrolier depuis 2011.

Les autorités du territoire britannique de Gibraltar affirment avoir agi en toute légalité : "Le gouvernement de Gibraltar a décidé d'agir car il a toutes les raisons de croire que le navire Grace One commettait une violation des sanctions imposées par l'Union européenne contre la Syrie. En fait, nous avons des raisons de croire que le Grace One transportait sa cargaison de pétrole de brut vers la raffinerie de Banyas, en Syrie", a déclaré Fabian Picardo, le ministre en chef de Gibraltar.

Selon les données maritimes, le "Grace One" aurait chargé en Iran qui est sous le coup de sanctions américaines, ce qui pourrait constituer une raison supplémentaire pour justifier une telle intervention.

Mais pour l'Espagne, le Royaume-Uni n'était pas forcément dans son droit.. pas forcément chez lui non plus. Un bateau de notre police surveillait la zone mais nous sommes en train de nous pencher sur les circonstances de cet évènement, a indiqué Josep Borrell, le ministre des Affaires étrangères espagnol. Le Royaume-Uni a agi à la demande des États-Unis, et nous sommes en train de voir si cela affecte notre souveraineté étant donné qu'il s'agissait des eaux territoriales espagnoles."

L'Iran a aussi protesté dénonçant une 'interception illégale" de son pétrolier. L'incident a déclenché une nouvelle crise diplomatique qui exacerbe un peu plus les tensions entre Washington et Téhéran. Ce jeudi, l'ambassadeur britannique sur place a été convoqué par les autorités de la République islamique.