Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Donald Trump : "Notre problème n'est pas la Chine, c'est la Réserve fédérale !"

Donald Trump : "Notre problème n'est pas la Chine, c'est la Réserve fédérale !"
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Le président américain, Donald Trump, en campagne pour sa réélection, a de nouveau mis la pression maximale sur la Banque centrale américaine (Fed) mercredi alors que les négociations commerciales avec Pékin piétinent et que les marchés financiers vacillent.

M. Trump a réitéré mercredi dans une longue série de tweets ses diatribes contre la Fed, exigeant qu'elle réduise les taux "plus vite et plus fort" et la traitant d'"incompétente".

"Ils doivent baisser les taux plus vite et plus fort (...) L'incompétence, c'est terrible à voir, surtout quand vous savez que tout pourrait être réglé facilement", a écrit le président.

Il a fait aussi référence à la baisse des taux par trois banques centrales mercredi (Inde, Nouvelle-Zélande et Thaïlande), ce qui a entraîné une chute des rendements obligataires.

"Notre problème n'est pas la Chine (...) C'est la Réserve fédérale qui est trop fière pour admettre avoir fait une bêtise en relevant les taux trop vite et trop haut. (J'avais raison !)", clame encore le président.

En pleine guerre commerciale sino-américaine, qui a vu la monnaie chinoise se déprécier fortement, et après la baisse des taux la semaine dernière par la Fed, trois banques centrales sensibles au marché asiatique ont pris les investisseurs de court en baissant à leur tour leurs taux mercredi.

Trump en guerre contre la Fed

La Banque centrale de Nouvelle-Zélande a réduit son taux d'intérêt principal à 1%, un plus bas historique. La Banque centrale indienne a abaissé son principal taux directeur de 35 points de base, à 5,4%, tandis que la Thaïlande a diminué le sien de 0,25 point, à 1,50%.

Depuis un an, Donald Trump ne cesse de critiquer la Fed. Malgré le geste d'assouplissement monétaire intervenu le 31 juillet, quand la Fed a baissé les taux d'un quart de point de pourcentage, l'hôte de la Maison Blanche a redoublé ses pressions vu les difficultés dans les négociations commerciales avec la Chine.

Les discussions entre Washington et Pékin avaient repris à Shanghaï la semaine dernière après un long hiatus depuis le printemps, Donald Trump ayant jugé que la partie chinoise revenait sur ses promesses après plusieurs mois de négociations.

Mais les tensions se sont ravivées quand Donald Trump, mécontent du manque d'avancée des discussions, a promis, à partir du 1er septembre, d'infliger 10% de tarifs douaniers supplémentaires sur 300 milliards de dollars d'importations de produits chinois.

Dans la foulée, Pékin a laissé glisser le yuan lundi en dessous de la barre des 7 yuans pour un dollar, pour la première fois en une décennie, et, surtout, fait savoir qu'il n'achèterait pas de produits agricoles américains comme il l'avait promis.

-avec AFP-