Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Donald Trump s'est rendu dans les villes d'El Paso et Dayton sous les critiques

Donald Trump rencontre les forces de l'ordre à El Paso, au Texas
Donald Trump rencontre les forces de l'ordre à El Paso, au Texas -
Tous droits réservés
REUTERS/Leah Millis
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Quatre jours après les deux fusillades qui ont endeuillées les Etats-Unis, Donald Trump s'est rendu sur place. Le président républicain a quitté Dayton (Ohio) où 9 personnes ont perdu la vie et s'est rendu à El Paso à la frontière mexicaine. Là bas, un homme armé d'un fusil d'assaut a tué 22 personnes, en majorité hispaniques.

Après ce crime, Donald Trump est pointé du doigt, accusé d'avoir d'attisé la haine raciale."Comme vous le savez, nous avons quitté l'Ohio et avons aimé le respect à notre égare. J'aurais aimé que vous soyez là pour le voir.", assène le président.

Il commente ensuite ses visites : "Tout le monde a fait un travail incroyable, les deux endroits sont tout simplement incroyables. J'ai aimé l'enthousiasme, l'amour, le respect et aussi le fait qu'on me dise que l'on veut faire quelque chose. Les républicains le veulent et les démocrates le veulent aussi ".

Avant sa visite, Trump s'était dit préoccupé par "la montée des groupes de haine ... qu'il s'agisse de la suprématie blanche" ou de "tout autre type de suprématie". Dans les deux villes, des foules de manifestants se sont rassemblées pour condamner sa visite et son discours.

"Ses propos haineux ont inspiré des gens qui pourraient être enclins à la violence. Je vois un lien direct avec ce qu'il s'est passé.", assure un manifestant.

Si Donald Trump s'est prononcé pour un meilleur encadrement de la vente des armes à feu, il n'a pas soutenu les appels en faveur de l'interdiction des fusils d'assaut.