PUBLICITÉ

Le gouvernement Trump veut autoriser la détention illimitée d'enfants migrants

Le gouvernement Trump veut autoriser la détention illimitée d'enfants migrants
Tous droits réservés 
Par Raphaelle Vivent avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La Maison Blanche a annoncé mercredi vouloir mettre fin à une décision judiciaire qui fixe à vingt jours la durée maximale de détention pour les enfants migrants.

PUBLICITÉ

L'administration Trump poursuit sa guerre contre l'immigration illégale. Le ministère américain de la Sécurité intérieure a annoncé mercredi vouloir mettre fin à la décision judiciaire dite "Flores", qui fixe à vingt jours la durée maximale de la détention pour les enfants migrants.

Les mineurs et leurs familles pourraient donc être emprisonnés pour une durée indéterminée. Pour la Maison Blanche, cette décision a pour but d'envoyer "un message fort", afin de rappeler qu'immigrer avec un enfant n'est pas un "passeport pour éviter la détention".

Les associations de défenses des droits humains sont vent debout contre cette annonce. "Il s'agit d'une nouvelle attaque cruelle contre les enfants" migrants, a dénoncé une responsable de l'organisation de défense des libertés ACLU, Madhuri Grewal.

Le gouvernement ne devrait pas emprisonner des enfants, et devrait encore moins chercher à mettre plus d'enfants en prison, pendant plus longtemps.
Madhuri Grewal
responsable de l'organisation ACLU

Selon le gouvernement américain, cette mesure devrait être appliquée sous 60 jours, mais elle risque d'être farouchement combattue devant les tribunaux. Des parlementaires démocrates ont appelé la justice américaine à "stopper immédiatement cette action illégale".

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le président américain a qualifié le Japon et l'Inde de nations "xénophobes"

La police déloge des étudiants propalestiniens de l'université de Columbia

Antisémitisme : la police américaine intervient sur des campus