Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Syrie : un corridor pour les civils de la province d'Idleb

Syrie : un corridor pour les civils de la province d'Idleb
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Ils fuient par milliers... Le régime syrien a donné son feu vert à l'ouverture d'un corridor pour permettre aux civils qui le souhaitent de quitter la région d'Idleb. Et sur toutes les routes de la province, les mêmes convois de véhicules pleins à craquer.

Abdo Shehhad du village de Ma'arrat al-Numan témoigne :

"Nous avons dû supporter les frappes aériennes pendant trois jours. C'est la première fois que nous subissons des bombardements aussi puissants".

Depuis une dizaine de jours, la province d'Idleb, dominée par les djihadistes de Hayat Tahrir al-Cham dans le nord-ouest du pays, est soumise à des bombardements féroces des forces loyalistes et russes.

La campagne militaire du régime de Bachar al-Assad contre Idleb a débuté en avril, mais aussi contre Alep, Hama et Lattaquié. Cet hôpital n'a pas été épargné...

Près de 900 civils ont été tués et plus de 400 000 personnes ont été déplacées par les violences dans cette région selon l'ONU.

"Les gens continuent d'être déplacés et quelques 1500 personnes vivant dans le nord du gouvernorat de Hama et d'Idleb auraient fui hier. Entre le 1er mai et le 18 août de cette année, cinq cent soixante-seize mille mouvements de personnes déplacées ont été enregistrés dans le nord-ouest du pays. De nombreuses personnes ont été déplacées jusqu'à cinq fois et certaines ont dû déménager jusqu'à dix fois", a expliqué Stéphane Dujarric, porte-parole du secrétariat général de l'ONU.

Le président syrien Bachar al-Assad a tenu des réunions bilatérales avec une délégation du parti russe au pouvoir en début de semaine. Résultat, peut-être, de ces discussions, les présidents russe, iranien et turc se réuniront à Ankara le 16 septembre pour un sommet consacré à la Syrie a indiqué ce jour la présidence turque.

La région d'Idleb était censée être protégée par un accord sur une "zone démilitarisée", conclu en septembre 2018 par Ankara et Moscou.