Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Les négociations pour la réunification de Chypre dans l'impasse

Les négociations pour la réunification de Chypre dans l'impasse
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Le processus de réunification de Chypre se heurte à une impasse. Ce constat aboutit après une semaine d'intenses négociations menée par les deux leaders de l'île divisée : du côté grec, le président de la République de Chypre et de l'autre côté, celui de la République turque de Chypre du nord. Ils étaient accompagnés de l'envoyée spéciale du secrétariat général des Nations Unies.

Ankara réclame un cadre strict

Dans un entretien accordé à Euronews, Nikos Anastasiadis, le président chypriote côté grec, accuse Ankara d'être responsable de cet échec : "Le premier message encourageant date du 9 août lorsque nous avons convenu lors d'une rencontre informelle avec Monsieur Akinci, le président de côté turc, que nous effectuerions une réunion. Nous avons tous deux informé l'envoyée de l'ONU Madame Lute par téléphone, elle est venue à Chypre et elle a préparé un texte simple pour éviter toute complication. Ce texte devait être approuvé par la Turquie. Mais il semble qu'il y a eu des soucis. Les Turcs ont exigé de prédéterminer certaines questions avant d'entamer le dialogue."

Le ministre turc des Affaires étrangères a lui répété qu'Ankara était ouvert à de nombreuses options, mais il a souligné que le cadre des négociations devait être très bien défini pour obtenir des résultats positifs.

Conflit autour de l'exploration de gaz naturel

Depuis plusieurs mois, la région est secouée par de vives tensions. L'État de Chypre, reconnu internationalement, détient des droits économiques exclusifs sur l'exploration de gaz naturel dans les eaux situées au large de l'île. Des droits exclusifs largement contestés par la Turquie. Au nom des Chypriotes turcs, elle affirme avoir le droit de forer dans la région. Dans ce conflit, l'Union européenne a exprimé son soutien à l’État de Chypre.

"L'Europe a pris des mesures importantes, estime Nikos Anastasiadis. Elle est passée des simples paroles à la prise de décisions concernant des mesures ciblées, mais cela prend du temps. L'important n'est pas de prendre des décisions. L'important, c'est que le fauteur de troubles se rende compte qu'il doit enfin respecter le droit international, surtout s'il veut se rapprocher de l'Europe."

Les réunions des deux chefs de Chypre sont déterminantes pour l'avenir du processus de réunification de l'île. Elles s'inscrivent en marge de la 74e session de l'Assemblée générale des Nations Unies qui se tiendra à la fin du mois à New York.