Mort de Steve à Nantes : un nouvel élément contredit le rapport de l'IGPN

Mort de Steve à Nantes : un nouvel élément contredit le rapport de l'IGPN
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Selon le Canard Enchaîné, qui cite l'enquête de la police judiciaire nantaise, le téléphone de Steve Maia Caniço a "borné" à 4h33, soit pendant l'intervention controversée des forces de l'ordre.

PUBLICITÉ

C'est une nouvelle information qui pourrait bien remettre en cause le rapport de l'IGPN (Inspection générale de la Police nationale), sur la mort de Steve Maia Caniço. Le jeune homme, dont le corps a été retrouvé dans la Loire le 29 juillet dernier, avait disparu dans la nuit du 21 au 22 juin à Nantes, lors de la Fête de la musique.

Selon le Canard Enchaîné, qui cite l'enquête de la Police judiciaire nantaise, le téléphone de Steve s'est connecté à **une antenne-relais à 4h33,**soit 13 minutes après le début de l'intervention controversée des forces de l'ordre sur le quai Wilson.

Un élément loin d'être insignifiant. Dans son rapport, l'IPGN écrivait que le « téléphone déclenchait un relais téléphonique à 03h16 », soit plus d'une heure avant l'action des policiers.

Se fondant sur ce rapport, le Premier ministre Edouard Philipppe avait conclu "qu'aucun lien" ne pouvait être établi entre la disparition du jeune homme et l'intervention des forces de l'ordre.

Le bornage ne permet pas d'affirmer que Steve était en vie à 4h33, mais ce nouvel élément pourrait éclairer les circonstances de sa mort.

Contactée par l'AFP, l'avocate de la famille Caniço a estimé que cette découverte confortait ses convictions, c'est-à-dire, que la chute de Steve dans la Loire est concomitante de l'intervention policière

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Attaque à l'arme blanche à Paris : trois blessés, un suspect interpellé

Réveillon du Nouvel An : dispositif de sécurité renforcé en France

Lyon : la Fête des lumières sous haute sécurité