Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Le pétrole saoudien attaqué, les cours mondiaux s'envolent, Trump prêt à riposter

Le pétrole saoudien attaqué, les cours mondiaux s'envolent, Trump prêt à riposter
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Deux jours après les attaques perpétrées contre des infrastructures pétrolières en Arabie saoudite, les cours du pétrole ont grimpé de 10%, ce matin en Asie. Ces attaques contre les installations du géant public Aramco ont été revendiquées par les rebelles yéménites Houthis, elles ont entraîné une réduction de moitié de la production de pétrole saoudienne, une chute de 6 % de l'approvisionnement mondial.

Les Etats-Unis accusent l'Iran d'être derrière ces destructions et non les rebelles Houthis, Donald Trump a déclaré qu'il était prêt à riposter mais qu'il attendrait de savoir officiellement par Ryad qui a attaqué pour agir en conséquence.

Il a aussi autorisé l'utilisation de réserves stratégiques américaines de pétrole pour contrer l'impact des attaques sur les cours du prix du pétrole, et soulignait que les Etats-Unis avaient plein de pétrole.

S'exprimant juste avant les discussions sur la Syrie avec la Russie et la Turquie, le président iranien Hassan Rohani a accusé les Etats-Unis d'être une force déstabilisatrice au Moyen-Orient.

''Les Américains soutiennent l'Arabie saoudite et les Emirats. Ils leur fournissent des armes, des renseignements, et une partie des opérations militaires sont dirigées par les Etats-Unis."

Malgré ces tensions, la Maison Blanche a fait savoir que Donald Trump n'excluait toujours pas l'hypothèse d'une rencontre avec le président iranien Hassan Rohani.

Pour certains, comme pour Abdul Mohsin Albassam, habitant de Ryad, cibler ces installations pétrolières avait un objectif bien plus large :

"En supposant que ce sont les Iraniens qui l'ont fait, ils n'attaquent pas seulement l'Arabie saoudite, ils disent intentionnellement aux États-Unis "nous pouvons vous frapper n'importe où". Ils disent à l'Europe, nous influençons le prix du pétrole, vous nous empêchez de produire du pétrole, nous allons nous venger."

L'infrastructure énergétique saoudienne avait déjà été touchée par les Houthis, notamment en août et en mai, en représailles selon eux à la campagne de bombardement menée par Ryad contre des zones qu'ils contrôlent au Yémen.

Les explosions de samedi ont déclenché des incendies dans l'usine d'Abqaiq, la plus grande pour le traitement de pétrole au monde, et sur le champ pétrolier de Khurais. Selon le ministère saoudien de l'Intérieur, les attaques n'ont fait aucune victime.