Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

SPEXOR, l'ennemi des lombalgies

SPEXOR, l'ennemi des lombalgies
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

L'exosquelette Spexor a été conçu pour permettre à ses utilisateurs de soulever des objets lourds sans se faire mal au dos. Notre reporter Jeremy Wilks l'a testé en Slovénie.

Cela peut sembler un peu étrange et volumineux, mais ce nouveau prototype issu d'un projet de recherche de l'UE baptisé Spexor, pourrait éviter de développer une lombalgie.

"Il s'agit d'un robot portable, d'un exosquelette, d'un exosquelette spinal. Il s’attache sur votre corps, ici sur la cuisse, le bassin et le dos. Il possède une articulation, ici sur la hanche, un mécanisme d’auto-alignement et un module spinal qui se plie avec le porteur et supporte la charge de la colonne vertébrale", explique Jan Babic, coordinateur du projet Spexor au Jozef Stefan Institute.

Les tiges en fibre de carbone à l'arrière soulèvent le dos et le soulagent, tandis que les ressorts situés sur les cuisses donnent une légère poussée aux jambes.

Cet appareil pèse un peu plus de 6 kg, mais ne s’active que lorsque vous en avez besoin.

"En résumé, il sait ce que vous faites. Il a enregistré ce que vous faisiez et peut, sur une base de probabilités, prédire ce que vous allez faire”, ajoute Jan Babic.

Via des capteurs corporels, les chercheurs étudient la façon dont nous plions le dos. Ces capteurs émettent un son lorsque le porteur soulève un objet de la mauvaise façon.

Les scientifiques utilisent ce système pour apprendre aux gens à mieux bouger. Ils mettent en avant qu'un exosquelette joue un rôle important dans la prévention des maux de dos.

"Acquérir les bonnes techniques dans les mouvements du quotidien est la bonne méthode. Il faut également renforcer les muscles et bouger correctement. Reste qu’il est parfois difficile d’éviter certaines actions nuisibles pour le dos. C’est là qu’un soutien externe entre en jeu", assure Najc Sarabon, directeur de S2P Science to practice.

Côté pratique

Les chercheurs sont venus tester leur système dans la société d'ingénierie Hidria. Ses 2 000 employés produisent des composants pour le secteur automobile. L'exosquelette transfère la force de leur dos à leurs jambes, ce qui leur donne un coup de pouce.

"Ça appuie ici sur les lombaires et là, sur les côtés. Ça bouge de manière élastique, la sensation est vraiment agréable", détaille Romana.

"_Tant que cela diminuera la douleur dans mon dos, mes jambes et mes bras, je serai heureux_”, assure Tadej.

Regarder l'exosquelette en action dans un environnement réel confirme que ce prototype est trop large et trop volumineux.

"Nous travaillons déjà sur un modèle sur lequel les moteurs seront à l’arrière. Ils ne gêneront donc pas les mouvements de l’utilisateur", dit Jan Babic, coordinateur du projet Spexor au Jozef Stefan Institute.

Avec une conception plus ergonomique, les chercheurs pensent que leur exosquelette peut faire la différence, mais ils savent aussi que leur plus grand défi sera de convaincre les employés qui n’ont pas de problème de dos de le porter.

"Si vous ne traitez pas une maladie, si vous faites simplement de la prévention, il est difficile de convaincre de l’utilité de cette technologie. Pour l’utilisateur potentiel, cela s’apparente à un fardeau avant même qu’il ait un problème. Mais quand le mal est là, vous voulez guérir et concernant les lombalgies, il est alors trop tard”, constate Jan Babic.

Un autre partenaire de ce projet européen envisage de transformer cette conception initiale en un produit commercialement viable que tout le monde pourrait porter.