DERNIERE MINUTE

Affaire Karachi : le volet financier devant la justice

Affaire Karachi : le volet financier devant la justice
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

C'est une affaire qui depuis plus de vingt ans le poursuit. Edouard Balladur, que l'on a vu récemment aux obsèques de Jacques Chirac, a été renvoyé ainsi que François Léotard devant la Cour de Justice de la République mais ce lundi, c'est le procès de six intermédiaires qui débute dans le volet financier de l'affaire Karachi.

Ziad Takieddine, Nicolas Bazire, Renaud Donnedieu de Vabres, sont trois des six personnes jugées pour abus de biens sociaux et recel. Ils sont soupçonnés, avec trois autres prévenus, d'avoir participé à un système de commissions et de rétrocomissions avec l'Arabie Saoudite et le Pakistan en vue d'aider au financement de la campagne présidentielle d'Edouard Balladur, ancien Premier ministre, en 95.

Au départ, c'est dans le cadre de la vente de sous-marins au Pakistan et de frégates à l'Arabie Saoudite que se met en place un système de pots de vin avec la France, avec des allers-retours de valises pleines d'argent, comme par exemple ces 10 millions de francs versés en coupures de 500 et 100 francs en avril 1995 sur le compte de campagne d'Edouard Balladur.

Mais là où l'affaire devient encore plus grave, c'est quand un attentat, le 8 mai 2002 à Karachi, là où sont construits les sous-marins, coûte la vie à onze Français employés des chantiers navals. Quelques années plus tôt, Jacques Chirac, élu président, a fait cesser le versement de commissions occultes au Pakistan.

Le volet financier de cette affaire Karachi, qui porterait sur plus de 300 millions d'euros, est jugé à Paris jusqu'au 31 octobre.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.