Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Tunisie : vers un parlement fragmenté

Tunisie : vers un parlement fragmenté
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Les sympathisants d'Ennahda, en Tunisie, ont laissé éclater leur joie dans les rues dimanche soir. Le parti d'inspiration islamiste aurait remporté les législatives mais serait très loin de la majorité avec une quarantaine de sièges sur 217. Si ces projections sont confirmées par les résultats officiels en milieu de semaine, c'est un parlement tunisien fragmenté qui s'annonce et des alliances seront nécessaires pour former un gouvernement.

0'24 Rached Ghannouchi, chef du parti Ennahda

« Selon les données qui nous sont parvenues et les sondages de sorties des urnes, le mouvement Ennahda a arrivé en tête à l'issue de ces élections législatives, s'est félicité Rached Ghannouchi, le chef du parti_. C'est une victoire nette, sans ambages, et il serait insensé de nier cette victoire. »_

Rached Ghannouchi n'est pourtant pas le seul à revendiquer la victoire. Le parti de l'homme d'affaires emprisonné Nabil Karoui dit aussi l'avoir emporté. D'après les sondages de sortie des urnes, il serait arrivé deuxième.

Ces élections, les troisièmes législatives depuis le Printemps arabe, ont eu lieu dans un climat d'autant plus fébrile que le deuxième tour de la présidentielle doit opposer le 13 octobre Nabil Karoui et l'ancien professeur de droit Kais Saied. Deux candidats de rupture dans un pays où l'inflation rampante, un chômage massif et l'indigence des services publics ont balayé les espoirs nés du soulèvement de 2011.