Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

La Française Sylvie Goulard recalée pour devenir commissaire européen

La Française Sylvie Goulard recalée pour devenir commissaire européen
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Branle-bas de combat au Parlement européen : après les candidats roumains et hongrois en début de procédure, c’est maintenant au tour de la Française Sylvie Goulard d’être recalée au poste de commissaire européen.

Malgré ses efforts, elle n’a pas réussi à convaincre les eurodéputés de la laisser accéder au poste de commissaire européen chargée du Marché intérieur, de l'Industrie et de la Défense dans la nouvelle Commission européenne dirigée par Ursula von der Leyen.

Son intégrité mise en doute

"Je n’ai pas été mise en examen, je ne suis pas mise en examen et donc je vous demande simplement de prendre la réalité des faits en compte et de prendre votre décision en votre ame et conscience en sachant que parmi les principes, vous avez cité celui de l’intégrité des personnes politiques et c’est important. Il y a aussi celui de la présomption d’innocence", a-t-elle déclaré lors de sa deuxième audition, jeudi, juste avant que la sentence ne tombe.

Davantage que ses compétences, c'est son intégrité qui a été ici mise en doute. Sylvie Goulard fait en effet l'objet d'une enquête par les autorités françaises et l'Office européen de lutte antifraude (OLAF) dans l'affaire des des emplois présumés fictifs d'assistants d'eurodéputés Modem. L'ancienne ministre française de la Défense avait promis aux Eurodéputés de démissioner en cas de condamnation, mais pas de mise en examen.

Les eurodéputés lui reprochent aussi sa collaboration rémunérée avec l'Institut Berggruen, un centre de réflexion basé aux Etats-Unis.

Un camouflet pour Emmanuel Macron

Son large rejet est un véritable camouflet pour le président français Emannuel Macron.

"C'est la première fois qu'un candidat français se fait rejeter", a commenté l'eurodéputé du Rassemblement national, Thierry Mariani (groupe Identité et démocratie). "Et c'est la première fois qu'un candidat d'un pays fondateur se fait rejeter. Je pense que c'est vraiment un affront pour Macron. que c’est une victoire du Parlement, ca veut dire que désormais on peut accepter que des gens irréprochables".

Sylvie Goulard a réagi dans un tweet à sa sentence :

La France va maintenant devoir proposer un nouveau candidat.

Tous ces rebondissements risquent bien de retarder l'approbation de l'ensemble de la commission d'Ursula Von der Leyen, qui devait entrer en fonction le 1er novembre.