Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Rejet de Sylvie Goulard : la presse française évoque un échec pour Macron

REUTERS/Francois Lenoir
REUTERS/Francois Lenoir
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Les députés européens ont largement rejeté ce jeudi la candidature de Sylvie Goulard au poste de commissaire européenne au marché intérieur. Au lendemain de ce vote, la presse française évoque un véritable échec pour Emmanuel Macron.

"Goulard dégage, Macron enrage"

Le journal les Échos décrit "une crise ouverte au cœur de l'Europe". Le figaro parle d'un "camouflet" pour le chef d'Etat français. Enfin libération titre : "Goulard dégage, Macron enrage".

Effectivement, le président français semblait agacé dès l'annonce du résultat, même s'il prétend le contraire. "J'ai besoin de comprendre. Donc je vais d'abord demander. Voilà, mais je ne sais pas parce que je ne comprends pas. Donc moi je suis très détendu, ce qui m'importe c'est le portefeuille" a-t-il dit.

Pas de garanties d'intégrité

D'après les eurodéputés Sylvie Goulard n'offrait pas de garanties d'intégrité à cause des enquêtes menées par la justice française sur sa participation à un système d'emplois fictifs de son ancien parti, le MoDem. Autre affaire : sa rémunération par un Think tank américain alors qu'elle était parlementaire européenne.

"C'est la première fois qu'un candidat français se fait rejeter. Et je vais même plus loin, c'est la première fois qu'un candidat des six pays fondateurs se fait rejeter" indique Thierry Mariani, député européen du groupe Identité et démocratie. "C'est vraiment un affront pour Macron. Mais surtout, c'est une victoire du parlement, ça veut dire que désormais on ne peut plus accepter que des gens irréprochables" ajoute-t-il.

Le président français va devoir proposer un autre nom à Ursula von der Leyen, tout comme la Hongrie et la Roumanie qui ont également vu leur candidat recalés par les eurodéputés.