DERNIERE MINUTE

Les députés européens condamnent la criminalisation de l'éducation sexuelle en Pologne

Les députés européens condamnent la criminalisation de l'éducation sexuelle en Pologne
Taille du texte Aa Aa

Il y a deux semaines, en Pologne, des milliers de personnes protestaient contre l’approbation d’un projet de loi visant à pénaliser l’éducation sexuelle.

"T**oute personne qui encourage ou approuve les relations sexuelles pour les mineurs dans le cadre de l’éducation sexuelle à l’école ou dans les domaines de la santé et de la protection des mineurs est passible d’une peine pouvant aller jusqu’à 3 ans d’emprisonnement**", dit ce texte, que personne n'interprète de la même façon et qui suscite de vives réactions. Notre correspondant à Bruxelles, Jack Parrock, en a recueilli quelques-unes.

"Ce paragraphe s’inscrit dans le projet de loi "Stop Pedophilia". Cette loi ne traite donc pas des questions relatives à l’éducation sexuelle. Elle interdit seulement la promotion de la pédophilie. Elle renforce les actions de protection des enfants conformément à la constitution polonaise et aux lois internationales, telles que la Déclaration des droits de l'enfant, ainsi que la réglementation en vigueur dans l'Union européenne", insiste Beata Kempa, eurodéputée polonaise.

Le texte, adopté par les ultra-conservateurs au pouvoir en Pologne (PiS), a été présenté par une influent ONG pro-vie, persuadée que les cours d’éducation sexuelle à l’école dépravent les enfants, leur apprennent la masturbation et encourageraient même l’homosexualité. Des associations comme Amnesty International s’insurgent. Pour elle, la classe politique doit être maintenue en-dehors des salles de cours. Certains députés à Bruxelles sont bien d’accord.

"C’est une question de droits de l'homme et si les organisations de défense des droits de l'homme, par exemple en Pologne, mais aussi dans d'autres pays, disent qu'elles ont besoin de notre soutien, il est important que nous le leur apportions", assure Rasmus Andresen, eurodéputé Vert allemand.

Pour les spécialistes, supprimer les cours d’éducation sexuelle dans les écoles pourrait avoir des conséquences dramatiques.

"En très peu de temps, nous serons confrontés à une augmentation des MST, des grossesses précoces et des violences sexuelles chez les jeunes... À une recrudescence de l’homophobie et de la transphobie qui engendrera des dépressions et des suicides dans la communauté LGBT", analyse Wannes Magits du Sensoa, le centre flamand d'expertise sur la santé sexuelle.

Ce jeudi, le Parlement européen a condamné la tendance en Pologne qui consiste à désinformer les jeunes ainsi qu’à stigmatiser et à interdire la sexualité dans l’éducation. Les eurodéputés invitent le parlement polonais à s'abstenir d'adopter le projet de loi.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.