DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Luxe et voitures électriques au cœur du salon de l'automobile de Bruxelles

euronews_icons_loading
Prise électrique d'une BMW, salon de Bruxelles le 9 janvier 2020.
Taille du texte Aa Aa

Cette année encore, le salon de l'automobile de Bruxelles fait la part belle aux voitures de luxe. Dans le pavillon Dream Cars, 40 véhicules sont exposés. De la Bentley d'époque aux Ferrari rouges vives, il y a de quoi captiver les passionnés. Et parmi elle, la Krugger FD qui s'inspire clairement des voitures de courses des années 1930, avec une petite touche futuriste.

Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved
Krugger F.D.Copyright 2020 The Associated Press. All rights reservedVirginia Mayo

Mais malgré les prix pouvant s’élever jusqu'à 2 millions d'euros, l'industrie ne s'attend pas à ce que la demande ralentisse.

Des voitures respectueuses de l'environnement

Evidemment, les véhicules propres prennent une place importante, en réponse aux préoccupations environnementales et aux marches pour le climat organisées dans le monde entier. Mercedes a pour ambition de devenir une entreprise totalement neutre en CO2 d'ici à 2039.

Le changement vers l'électrique ou l’hydrogène ne se fera pas du jour au lendemain. Mais nous avons des véhicules qui combinent diesel ou essence et un système hybride, pour habituer les gens à l'électrique. Donc on avance pas à pas.
Bastien Van den Moortel
Responsable des relations de presse pour les voitures Mercedes-Benz

L'Union européenne a annoncé vouloir atteindre la neutralité carbone d'ici 2050. Pour autant, le moteur à combustion est loin d'être mort.

Nous continuons à investir dans le moteur à combustion parce que, bien sûr, nous ne produisons pas uniquement en Europe de l'Ouest. Nous sommes une entreprise internationale donc nous sommes convaincus, et les études nous le confirment, que même en 2035, la plupart des voitures dans le monde, environ 85 %, auront toujours un moteur à combustion bien qu'il sera combiné à de l'électrification.
Peter Gemoets
Directeur des relations publiques pour Mazda Motor Benelux

Le mystère Brexit

Un autre facteur qui pourrait perturber l'industrie est le retrait du Royaume-Uni de l'Union européenne. Des questions subsistent quant à la manière dont le commerce entre l'UE et la Grande-Bretagne fonctionnera après le Brexit.

Mais Peter Gemoets s'attend à ce que l'impact se fasse sentir principalement sur le marché britannique lui-même : "85 % des Mazdas vendues en Europe sont importées par les ports d'Anvers et de Zeebrugge en Belgique, et environ 15 % à Barcelone pour les pays du sud ", explique-t-il. "Cela signifie donc que pour le marché local britannique, le Brexit influencera bien sûr le marché local, mais il n'aura pas une influence énorme sur le marché européen en tant que tel".

Un salon pour les citadins

Le salon pense également aux citadins et présente des solutions de micro-mobilité écologiquement responsables.

Les organisateurs ont de grands espoirs pour 2020 : répéter le succès de l'exposition de 2019, qui a vu plus de 542 000 visiteurs. Le salon de l'automobile de Bruxelles fermera ses portes ce dimanche.