Liban : le Parlement vote le budget 2020 en pleine contestation

Liban : le Parlement vote le budget 2020 en pleine contestation
Tous droits réservés euronews
Tous droits réservés euronews
Par euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Des dizaines de manifestants se sont rassemblés tôt ce lundi aux entrées des avenues menant au Parlement pour tenter d'empêcher la tenue de la séance.

Les députés ont approuvé un budget prévoyant un déficit d'environ 7% du PIB, contre 0,6% dans le projet de budget initial.

PUBLICITÉ

Au Liban, les semaines passent et la tension ne retombe pas. Ce lundi, des centaines de manifestants se sont rassemblés à proximité du Parlement alors que les députés devaient valider le budget 2020.

Face à eux, un cordon de policiers et de militaires a bouclé ce quartier du centre ville de Beyrouth. A la suite d'affrontements, la police a procédé à des arrestations.

Les députés ont par la suite approuvé un budget prévoyant un déficit d'environ 7% du PIB, contre 0,6% dans le projet de budget initial. En cause, une baisse des recettes dans un contexte de contraction de l'économie.

Pour le nouveau Premier ministre Hassan Diab et son gouvernement nommé le 21 janvier, les défis sont multiples, dans un pays qui croule sous une dette avoisinant les 90 milliards de dollars, soit plus de 150% du PIB.

La semaine dernière, Hassan Diab avait estimé que le pays était confronté à une "impasse financière, économique et sociale".

Après 100 jours de contestation, la formation d'un nouveau gouvernement, avec à sa tête Hassan Diab, un quasi inconnu, ne semble pas satisfaire ces manifestants libanais, qui continuent de tenir la classe politique pour responsable de la crise économique.

"Ce gouvernement a été formé par les partis, pour qu'ils soient couverts, pour éviter de répondre à nos demandes d'enquêtes par la justice", déclare ce manifestant. "Ils ont donc formé ce gouvernement pour éviter d'y avoir affaire et pour couvrir la mauvaise gestion du précédent gouvernement."

La rue réclame une refonte totale du système politique multiconfessionnel. La fracture entre l'élite libanaise et les manifestants semble donc difficilement résorbable.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Liban : examen de la nouvelle feuille de route sous tension

Saleh al-Arouri, numéro 2 du Hamas, tué dans une frappe israélienne près de Beyrouth

Liban: "toutes les options sont ouvertes" face à Israël, dit le chef du Hezbollah