DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Brexit : l'heure des réformes ?

euronews_icons_loading
Drapeau britannique
Drapeau britannique   -   Tous droits réservés  Euronews
Taille du texte Aa Aa

Avec le Brexit, l'Union européenne rentre dans une nouvelle ère. Est-ce que cela sera l'ère des réformes ? Philippe Lamberts, le co-Président du groupe des Verts européens, répond à Euronews dans "The Bridge".

Euronews
Philippe Lamberts, co-Président du groupe des Verts européensEuronews
  • Quels changements dans la politique européenne ?

À partir du 1er février, le gouvernement britannique n'aura plus voix au chapitre. Il ne pourra donc plus s'opposer à ceux qui souhaitent plus d'intégration européenne. Mais cela ne changera pas fondamentalement les choses prédit Philippe Lamberts.

_« On va vite réaliser que le blocage persiste après le départ des Britanniques. Il y avait beaucoup de gens qui se cachaient derrière les Britanniques pour empêcher de faire avancer les choses." _

  • Des réformes en suspens

Révision du règlement de Dublin, harmonisation des règles fiscales... Beaucoup de réformes, notamment celles voulues par Emmanuel Macron, divisent les Européens et restent en suspens. Et ce n'est pas la faute des institutions européennes, selon ce député qui a un message à faire passer au Président français.

« Harmoniser l'impôt des sociétés en Europe, c'est une question de volonté politique. Avoir une politique migratoire commune, c'est une question de volonté politique commune. Et j'ai un message à Emmanuel Macron : à force de faire cavalier seul, il ne sera pas le meilleur architecte d'une action commune des Européens. »

  • Et avec les Britanniques ?

Ce n'est pas la fin mot de l'histoire avec les Britanniques, qui restent dans le marché unique européen jusqu'à ce qu'ils aient négocié un nouvel accord commercial avec l'UE. Mais est-ce que cela sera possible en un an, comme le gouvernement britannique le voudrait ? Philippe Lamberts a son scénario.

_ « Mon scénario, c'est qu'on aura un accord d'ici la fin d'année. Cet accord sera de portée limitée. Et puis, il y aura écrit dans les notes de bas de pages la liste de toutes les choses qui restent à négocier. Cela permettra à Boris Johnson de dire : "J'ai eu un accord en un an". Mais en réalité, on va prolonger la période de transition au-delà, car il est impossible de tout négocier en dix mois. »_