EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Faute de neige, les stations de moyenne altitude doivent se réinventer

Faute de neige, les stations de moyenne altitude doivent se réinventer
Tous droits réservés AFP
Tous droits réservés AFP
Par Maxime Biosse Duplan
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L'ère du ski total semble bel et bien terminée pour ces villages de montagne qui ne peuvent plus vivre uniquement des sports de glisse. Reportage dans les Pyrénées.

PUBLICITÉ

Une station de ski sans neige, ou presque... Vision d'horreur, ou simple fatalité ? Avec un hiver particulièrement doux en France, beaucoup de villages de montagne de moyenne altitude sont confrontés à un manque de neige cette année. C'est le cas au Mourtis, dans les Pyrénées, situé entre 13 cent et 18 cent mètres, et où aucune piste n'est ouverte.

Un véritable défi à relever pour les années à venir... Les stations désormais ne peuvent plus compter uniquement sur les sports de glisse.

François Gillaizeau, manager of Tuc de l’Etang : "On ne peut pas dire qu’on n’est pas au courant qu’à un moment do nné, on peut avoir une saison sans neige, donc on est bien obligé de l’anticiper. Tous nos investissements de loisirs ont été pensés pour être utilisés toute l’année. Les trottinettes se transforment en snow-scoot l’hiver, mais vice versa : cet hiver il n’y a pas de neige, les snow-scoot se sont transformés en trottinettes. Le fat bike fonctionne sur la neige, sur la terre."

C'est le conseil départemental de Haute-Garonne qui gère aujourd'hui la station du Mourtis. Pour elle et deux autres villages, 25 millions d'euros vont être investis sur les 5 prochaines années pour une reconversion touristique "quatre saisons".

L'ère du ski total semble bien désormais faire partie du passé.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les six stations de ski françaises les plus respectueuses de l'environnement

Le secteur hôtelier parisien fait grise mine à l'approche des Jeux Olympiques

Punaises de lit : le gouvernement veut "agir davantage"