DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Coronavirus : face au risque de pandémie, les bourses dérapent encore

euronews_icons_loading
Coronavirus : face au risque de pandémie, les bourses dérapent encore
Tous droits réservés  screenshot via afp
Taille du texte Aa Aa

Les Bourses européennes, très nerveuses depuis quelques jours en raison du regain d'inquiétudes liée à l'expansion du coronavirus, ont de nouveau réagi très négativement mardi alors que l'OMS redoute désormais d'avoir à gérer une pandémie.

Après une ouverture en légère progression, les investisseurs se sont mis à "envisager la possibilité que le Covid-19 devienne une pandémie" et ont dévissé, dans le sillage des bourses asiatiques, confirme Craig Erlam, analyste chez Oanda.

Les bourses européennes moroses

"C'est la durée du coronavirus et les conséquences du ralentissement de la chaîne d'approvisionnement" qui pèsent sur les marchés, a ajouté Frédéric Rozier, gérant de portefeuille à Mirabaud France.

L'épidémie de Covid-19 concerne désormais, Chine mise à part, plus d'une trentaine d'Etats où elle a fait plus de 40 morts et 2.500 cas de contamination, faisant craindre à l'OMS une "pandémie", à savoir une épidémie d'ampleur internationale. Ce qui menace un peu plus de perturber les affaires des entreprises et de pénaliser la croissance mondiale.

En raison de la crise sanitaire, la Banque de France s'est même dit prête à réduire "légèrement" sa prévision de croissance française pour 2020.

Les places européennes ont toutes terminé en forte baisse. Paris a reculé de 1,94%, Francfort de 1,88%, Londres de 1,94%, Milan de 1,44%, Madrid de 2,45%, la Bourse suisse de 2,19%, Bruxelles de 2,28%.

En Russie, l'indice RTS de la Bourse de Moscou, fermé lundi en raison d'un jour férié, a dévissé de 5,16%. L'Eurostoxx a perdu 2,07% à 3.572,51 points.

Wall Street et les bourses asiatiques fébriles

Wall Street a dévissé mardi pour la deuxième journée de suite, les investisseurs craignant que l'épidémie de nouveau coronavirus ne se transforme en pandémie et se réfugiant dans les obligations, dont les taux sont tombés à des plus bas historiques.

Le Dow Jones Industrial Average, a chuté de 3,15% à 27.081,36 points. L'indice vedette de la Bourse new-yorkaise s'est effondré de près de 7% depuis le début de la semaine.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a abandonné 2,77% à 8.965,61 points et l'indice élargi S&P 500 a lâché 3,03% à 3.128,21 points.

Côté asiatique, le Nikkei finit en recul de 3,3%, alors que les valeurs chinoises se maintiennent.

Dans ce contexte, le secteur du luxe pourrait enregistrer des pertes de chiffres d'affaires estimées à 30 ou 40 milliards d'euros cette année .